AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et de l'Etincelle naquît la Flamme [Telia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seeder
Petit Lutin du Papa Noël - & cie
Petit Lutin du Papa Noël - & cie
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 25
Date d'inscription : 08/10/2008

Carnet de voyage
Age du perso: 13 ans
Profession: Gami... Seigneur !
Statut: Opposant

MessageSujet: Et de l'Etincelle naquît la Flamme [Telia]   Jeu 31 Déc - 19:40

On a toujours souhaité donné une raison à toute chose, pourtant, de mémoire d'Homme, connaître la veritable raison ne nous fût jamais permit. Ici, rien ne fait exception, celà a toujours été, et sera toujours ainsi, quand le Seigneur s'en va, en pleine nuit et sans dire mot, le peuple ne peut que frôler la vérité sous-jacente, sans jamais la percer à jour...

Ainsi, le plus gros de la population du Domaine Gregoria -soit tous ceux qui ne vivaient pas aux 'frais de la princesse' en quelque sorte- avait-il apprit à ne plus chercher la raison. Mais tous savaient pourtant que le départ si précipité de Seeder, leur Seigneur, et de son majordome, seuls et en pleine nuit, ne pouvait vouloir dire qu'une chose...

"Les Gregorias se relèveront avant la tombée de la nuit ! Crions notre soutient au Septième du nom !"

Et déjà les crieurs publics non-officiels annonçaient la nouvelle du départ du Seigneur à travers les rues. Il n'était parti qu'il y a huit heures, tout au plus, ici, l'Aube se levait à peine, pourtant tous étaient dehors, rassemblés près de la grande porte, close depuis la nuit précédente.

Il n'y avait plus pour seule discrimination entre lesriches et les pauvres que ce qu'ils pouvaient penser. Les plus riches, attendant le plus près possibles du palais, faisaient rouler le Seigneur dans la boue par leurs ragots immondes. Les plus pauvres, bien au contraire, portaient leurs plus beaux habits et les plus fièrs sourires, sachant pertinament que, dans l'heure, leur Seigneur reviendrait tout leur réveler.


--- La rosée commençait à se lever, quand la garde annonçat une diligence ornée de l'emblème des Grégoria. ---


Aussitôt, on fit ouvrir la Grande Porte. Tout le peuple se précipitat dans l'avenue centrale, qui menait directement au Palais. Tout le monde s'écartat, laissant à la Diligence plus de dix mettres de route pour passer.
Dès qu'ils purent appercevoir d'eux même le véhicule s'approchant, tiré par deux magnifiques chevaux, le peuple tout entier expirât de bonheur. Leur Seigneur ne les décevrait pas encore aujourd'hui, malgré toutes les médisances des profiteurs habitant le Palais. Ce que vit le peuple, c'était le majordomme du Septième, tenant les reines, comme à son habitude, droit comme un I et affichant une expression aussi sereine et fermée qu'à son habitude.

La calèche avançât plus lentement, lorsqu'elle fput sur le chemin tracé par la foule. On scandait le nom du Seigneur, les fleurs volaient sur l'avancée des chevaux, tous avaient le sourire...
... Gregoria reprit vie, pour le peuple
Et pour Fend, Gregoria revenait

Le majordome fit ralentir les cheveaux à la vue du Palais, devant sa porte, les ministres attendaient un compte rendu détaillé de cette escapade, sachant sûrement, qu'ils ne l'auraient pas...


--- "[...] Grégoria revient, en cette nuit, l'Etincelle reprendra vie.
En cette nuit, la voix du milieu résonnera à nouveau dans les réunions, et les portes de notre Domaine se réouvriront... Cependant, je ne suis ici devant vous qu'en mon nom.
Seeder de Gregoria, c'est en temps qu'Homme que je vous soutient, le Domaine Gregoria ne doit en rien savoir ce qu'il s'est dit cette nuit. Pas plus que vos troupes. Vous me récuperez en tant qu'Allier de l'Ombre... Et c'est déjà énorme, dans un monde où la lumière ne vit plus [...] "
Durant tout le trajet, ces mots, de Seeder lui même envers la dirigeante des rebelles, résonnèrent dans la tête du Seigneur.
L'Etincelle renaîtrait, et elle engendrerait les Flammes...
Mais, plus tard.
Il n'y avait nul besoin d'énnoncer à haute voix ce que Seeder et son homme de main étaient allés faire en ville, cette nuit. Le peuple ne le demanderait pas, Seeder ne le révelerait pas.
Car, au fond, tous savaient déjà... ---


Et la diligeance s'arretât, une fois devant les quelques marches qui menaient au Palais.
Et tous, autours d'elle, vinrent faire un cercle, un cercle bourdonnant de la joie du peuple. A cette instant, il n'y avait plus ni Riche, ni Pauvre, il n'y avait que des enfants adoptifs des différentes générations de Grégoria, il n'y avait qu'un peuple, uni et indivisible, en cet instant.

Ce qui fût d'atant plus flagrant, lorsque le silence se fît, en une seconde, quand la poignée de la porte de la calèche fût baissée par le majordome du Septième, et que celui-ci pût sortir de sa 'cage de bois'... L'oiseau prenait son envole en cet instant, les chaînes mises autours du domaine se brisaient, et la lumière réapparaîssait dans les yeux, dans les coeurs...

C'est dans un silence total, que le Seigneur Seeder s'adressat à la foule, pour la première fois depuis qu'il avait annoncé que Gregoria se retirerait pour une periode indeterminée de la vie politique de Fend... Le temps, lui-même, semblait s'être arreté, pour celébrer cet instant.

"Gregoria prévaut !" Criât Seeder à son peuple, levant le poing et les yeux au ciel, sans que son costûme ne semble trop grand pour lui, sans que son majordome n'eut à prendre la parole, sans qu'en cet instant on ait pu voir en lui un enfant. Il était le Seigneur, qui annonçait que le domaine se relevait de ses cendres. "Gregoria revit. Vous l'avez attendu, quattre longues années, et je vous en remercie, vous faites nôtre puissance, vous êtes Gregoria, et je vous annonce la fin de notre ère de sommeil. Gregoria se relève en cette instant !"

Et il n'en fallût pas plus pour que la foule reprenne en coeur le Gregoria Prévaut de son dirigeant. Rien ne fût plus nécessaire, Seeder, souriât à la foule, ouvrit la main qu'il avait tendu au ciel, et tous se mirent à l'imiter... Un oiseau, volant au dessus de ce spéctacle, aurait vu en Seeder un soleil, et autours de lui, tout un monde en gravitation, des milliers et des milliers de mains tendues vers le ciel... Gregoria était debout, Fend tout entier l'apprendrait bientôt.



Quelques dixaines de minutes après que le temps ait récupéré sa suprématie sur le Domaine Gregoria, Seeder et son majordome rentrèrent au palais, suivits par tous ceux qui y vivaient, et par tout le personnel s'occupant des lieux. Presque tous étaient sortis le voir, et nul ne serait rentré avant son Seigneur.

Seeder gagnât la salle du trône sans dire un mot. Son majordome quand à lui, se plaçat devant la porte, sans rentrer dans la pièce. Les ministres vociféraient devant le Seigneur installé sur son trône, en un geste de l'enfant, et alors même que son majordome lui tournait le dos, il fît taire l'assemblée d'un seul mot.

"Stop. Dit-il, et tous se tûrent, avant qu'il ne continue de parler en se tournant vers les ministres et leurs désignant la sortie. Monsieur-mon-Maître n'a que faire de vos opinions sur la façon dont il a agît, alors je vous pierait de ne pas l'incomoder. Veuillez sortir, messieurs les Ministres. Monsieur-Mon-Maître a encore quelques détails à regler, certes, mais vous n'êtes pas ceux qu'il désire voir. Et plus un mot ne se fît entendre de la part de l'armée de ministre qui quitât la salle. Monsieur ? S'enquît-il un instant, avant de recevoir un signe de tête approbateur de la part de Seeder. Bien, je vais la chercher sur le champ, je vous approte également votre chocolat, la nuit a été longue pour sa Seigneurie."

La porte fût fermée, et plus aucun bruit ne se fît entendre... Jusqu'à son arrivée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Télia
Bibliothèqu' woman !
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 37
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Re: Et de l'Etincelle naquît la Flamme [Telia]   Ven 1 Jan - 23:58

Ce soir-là je m'était réfugiée à la cuisine. On avait eu besoin de mains en plus pour faire la pâte des tourtes qui serons pour le déjeuné des soldats le lendemain. Ce travail était certes fatiguant mais je l'avait tellement fait que mes gestes étaient devenus automatiques. Cela me permettait surtout de laisser aller mon esprit fatigué à la dérive.

C'est que ces deniers temps je ne dormais pas beaucoup et j'étais préoccupée par des phénomènes étranges qui se produisaient autour de moi. La nuit était le moment le plus difficile et c'est aussi l'une des raisons pour laquelle j'avais accepté ce travail tard dans la soirée. Les soirs ou le vent soufflait à nos fenetre à Sill et moi il me semblait qu'il essayait de me parler. Comme si le vent pouvait seulement parler. Pourtant le sentiment qu'il essayait de me délivrer un message me turlupinais au coeur de la nuit. Le pire était qu'à l'instant ou je me trouvais entre l'éveil et le sommeil il me semblait comprendre ce message. Et comme je souhaitais le comprendre je reprennait conscience et perdait le sens des mots du vent. Je passais ensuite le reste de la nuit à craindre de me rendormir sans pouvoir imprimer ces mots et je finissais par m'endormir arrassée sans que mon esprit trouve le repos. Mes nuits en devenaient agitée et plus épuisante que le jour.

Le jour aussi je voyais des choses qui ne devraient pas exister. Les flammes des feux que j'entretenais semblaient me remercier en s'inclinant vers moi, Celles des bougies ou des lanternes prenanit des formes presque humaines et dansaient ou me saluaient lorsque je les approchait trop. Le fait que ces phénomènes ne se produisent que lorsque j'étais seule me rendait encore plus anxieuse.

Sill faisait ce qu'elle pouvait pour me rassurer mais même elle ne semblait pas très convaincue de ses efforts. Même lorsque ces phénomènes ne se produisaient pas je restait omnubilée par ce que j'appellais "mes petites folie".

Ainsi perdue dans mes pensées, mes mains travaillants sans même que je m'en rende compte, je ne m'apperçue pas qu'il y avait de plus en plus de gens dans la cuisine et que nombre de ceux qui étaient là pour travailler s'étaient arréter. La cuisine bourdonnait du chant des conversation et de l'excitation. C'est ma soeur de coeur qui me fit retrouver le cour du temps. J'entendis sa douce voix, presque en un murmure comme si elle ne voulait pas m'effrayer.

"Il est parti cette nuit. Pour la Grande Ville. Et beaucoup pense que le temps va revenir."

Je lui souris afin de répondre à son propre sourire. Mais le coeur n'y était pas. Je pensais savoir que cette décision pourrait être bien plus lourde de conséquence pour Grégoria que ce que tout le monde croyait. Mais c'est surtout pour Seeder que je m'inquiétais. Et pourtant que sait qu'il sait parfaitement ce qu'il fait.

Au fur et à mesure de la nuit la liesse du peuple monta encore et encore. Plus personne ne voulait aller se coucher et j'observais détachée et ahurie la foule grossir au fil des heures.

A l'aube il revint et ce fut le délire, lentousiasme de son peuple. Lorsqu'il sortit je ressenti alors à mon tour cette joie. Mon coeur et ma poitrine battait au même rythme que ceux de ces centaines de gens autour de moi. Envolée aussi mes petites folies. Je serais la main de Sill et lui sourit, pour de vrai cette fois. Elle m'enlaça de ses bras.

Je n'avait jamais vu une telle aura. Une Autorité. Si pure, si grande. J'avais l'impression d'avoir devant moi un être élu. Seeder, cher enfant, j'aimerais tellement connaitre l'avenir que tu vois pour Grégoria.

Lorsque le Septième entra dans le paais la foule le suivit et j'étais dedans. Mais arrivé devant la porte de la salle du trône, nous autres gens du peuple sommes reparti vers nos activités quotidiennes. Le jour était arriver et peu avait dormit mais personne ne semblait avoir envi d'aller se coucher. Partout il y avait plus de sourire, de rire et même de chant. La confiance de ces gens m'étonnait et m'entousiasmais.

Moi-même j'était retournée à ma pâte à tourte lorsque je vis arriver le majordome. Il prépara un plateau avec le chocolat de son Seigneur. D'un signe de tête il me fit signe de venir l'aider. Cette scène n'étonnait plus personne au palais. J'étais tout de même un peu surprise qu'il vienne me chercher si tôt dans la journée. Seeder ne devait-il pas être avec ses ministres et conseillés ? Au lieu de s'occuper avec moi ? Même après tout ce temps il continuait à être un sujet d'étonnement.

Je suivit le majordome jusqu'à la salle du trône. Je notait amusée qu'il y avait deux tasses sur le plateau. Le majordome ne buvant pas de ce breuvage il m'était facile de deviner pour qui était la deuxième. Même si nous n'avions jamais vraiment sympatiser et que je ne savais pas vraiment ce qu'il pensait de moi il avait parfois de petites attentions pour moi.

Arrivée dans la salle du trône je m'inclinais devant mon Seigneur avant de faire un grand sourire à Seeder. Je tachais de lui transmettre un peu de cette chaleur et de cette joie qu'il m'avait transmise un peu plus tôt. La sérénité m'était revenue pour quelque temps. Et puis je savais que je n'avais pas besoin de lui parler pour qu'il comprenne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seeder
Petit Lutin du Papa Noël - & cie
Petit Lutin du Papa Noël - & cie
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 25
Date d'inscription : 08/10/2008

Carnet de voyage
Age du perso: 13 ans
Profession: Gami... Seigneur !
Statut: Opposant

MessageSujet: Re: Et de l'Etincelle naquît la Flamme [Telia]   Sam 2 Jan - 1:14


L'étage du Palais fût vidé en un instant, lorsque ceux qui s'y trouvèrent virent le majordome du Septième descendre. Seul.
Plus aucun bruit ne dérangeait sa Seigneurie... Pourtant, il n'avait rien eu à demande, ce n'était pas plus un caprice du pouvoir qu'un caprice de l'âge, ce n'était qu'une marque de profond respect de la part du peuple pour son dirigeant, que de lui permettre de se reposer dans le calme le plus complet... Comme quoi, même ces vipères vivant au Palais avaient en leur coeur une certaine foi en leur Seigneur...

Nul besoin de dieux, quand l'esprit du Premier dirigeant s'est perpétué encore jusqu'au Septième, comme le dirait la légende...
---

Quelques minutes après avoir congédié ses ministres par le biais de son majordome, Seeder pût entendre dans le couloir le retour de ce dernier.

Sur le marbre du sol résonnaient les pas du Grand Homme qui le suivait partout.
Sur le marbre du sol résonnaient les pas de la légère Télia.
Et ceux-ci entrèrent.

---

"Bonjour, Mademoiselle, dit son Seigneur à celle qui lui faisait une légère révérence, une fois que le majordome eut servit les deux chocolats et qu'il se soit éloigné vers la porte, j'espère que tout va bien pour toi. Et, après avoir avalé son chocolat d'une traite, il descendit de son trône et se dirigeât vers la fenètre. Un sourire adressé à Télia lui indicant de le suivre. C'est magnifique, n'est-ce pas ? Tout ça, toute cette émulsion suscitée par une simple nouvelle... Alors même que notre retour politique n'est même pas encore annoncé... Le domaine est si beau."

Lorsque son regard se perdit dans la contemplation de l'exterieur, Seeder se rendit compte qu'il assosciait plus souvent le nom de Grégoria à son domaine qu'au nom de sa lignée. Il eut un léger sourire à cette pensée, avant de se retourner vers son invitée.

"Comment vas-tu, aujourd'hui ?"

A cet instant, il était une chimère, perdue entre sa compétence de Seigneur, l'importance de son Nom, et la futilité de son age, l'influence de sa courte vie. Celà n'était nullement étrange, en présence de Télia, il oscillait souvent entre ces deux êtres... Le Seigneur... Et... L'ami, peut-être, tout simplement.

Le majordome, quand à lui, n'avait pas dit mot, et n'ouvrirait pas la bouche avant la fin de l'entrevue. Il était resté cette fois-ci car l'annonce que Seeder allait faire à Télia était d'une importance assez grande, et elle était presque considérée comme une proposition officièle par le Seigneur, qui ne savait plus vraiment s'il devait ici avoir treize ans, ou cinquante...

"... Dis-moi... Sais-tu... Ce que je suis allé faire, cette nuit ? Il ne lui révèlerait rien à ce sujet, mais tout était lié, et il voulait savoir ce qu'elle en pensait... Car Elle savait... Elle savait sûrement, comme tous les autres, dehors, Son Peuple. Et, sais-tu pourquoi tu es là, pourquoi j'ai voulu te voir si vite ? Et un sourire de sympathie pour Télia dédramatisât la situation. Rien de grâve, ne t'inquiètes pas, mais tu te doutes bien que je ne te fais pas venir juste après mon retour pour simplement parler, comme à notre habitude..." .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Télia
Bibliothèqu' woman !
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 37
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Re: Et de l'Etincelle naquît la Flamme [Telia]   Sam 2 Jan - 23:37

Nous étions seuls dans la grande salle. Elle me semblait toujours intimidante lorsqu'elle était remplis de monde, noblesse de sang ou de cour, ministres, conseillés, galants et galantes, pique-assiette en tout genre. Sauf que là nous étions seuls. Et la pièce prennait un tour d'intimité malgré sa magnificence.

Majordome nous servit le chocolat et je pris avec précaussion ma tasse. J'humais le doux parfum qui s'en dégageait. Avant de suivre mon seigneur à la fenetre. Je décelais chez lui quelque chose de solonel, de sérieux, comme s'il n'avait pas encore entièrement quitté son rôle d'Autorité.

J'avais pour habitude de ne jamais boire d'un trait ma tasse. C'était pour moi une sucrerie si inhabituelle que je souhaitais en profiter pleinement. Et puis sembler concentrer sur ma tasse me permettais de ne pas répondre à sa première assertion sauf par un sourire. J'avais trop peur que mes petites folies ne viennent gacher ce moment.

"C'est magnifique, n'est-ce pas ? Tout ça, toute cette émulsion suscitée par une simple nouvelle... Alors même que notre retour politique n'est même pas encore annoncé... Le domaine est si beau."

Je regardais un instant au dehors, n'y voyant que le paysage habituel. Mais qui sait ce que Seeder y voyais lui. Un instant je m'essayais à penser comme lui. Que pouvait-il voir de si beau ? Peut-etre était-ce toutes ces vies, tous ces gens qui vivent, qui travaillent, qui rient, qui espère... en lui... Son peuple.

Je répondit dans un souffre "Oui c'est si beau."

"Comment vas-tu aujourd'hui ?"

Je souris, pour aujourd'hui la réponse serais facile. Non que je voulais lui mentir mais parce que je ne souhaitais pas l'inquiéter avec mes problèmes.

"Je vais très bien. Je crois que j'ai subit une dose d'é-mul-sion." Le mot était nouveau mais il me plaisait. C'était comme ça avec Seeder j'apprenais sans cesse de nouveaux mots.

"... Dis-moi... Sais-tu... Ce que je suis allé faire, cette nuit ?


Soudain on entrait dans le vif du sujet je le sentais. Je penchais la tête attentive et sérieuse. "Et, sais-tu pourquoi tu es là, pourquoi j'ai voulu te voir si vite ? Rien
de grâve, ne t'inquiètes pas, mais tu te doutes bien que je ne te fais pas venir juste après mon retour pour simplement parler, comme à notre habitude..."


"Oh ! et moi qui pensais que c'était parce que je t'avais manqué durant ta fugue !"
Je ris "Ou que c'était parce que tu voulais un avis plein du bon sens populaire que je représente pour je ne sais quelle décision.
En vérité les rumeurs les plus folles ont circulées cette nuit. Et j'ai beau bien te connaitre je suis autant dans l'attente de voir ce que tu vas faire que tout ces gens."


Je posait doucement ma tasse sur le rebord de la fenetre et lui prit la main. Un geste rare entre nous mais je savais que chacun de nous l'appréciait.

"De toute façon moi je te suivrais."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seeder
Petit Lutin du Papa Noël - & cie
Petit Lutin du Papa Noël - & cie
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 25
Date d'inscription : 08/10/2008

Carnet de voyage
Age du perso: 13 ans
Profession: Gami... Seigneur !
Statut: Opposant

MessageSujet: Re: Et de l'Etincelle naquît la Flamme [Telia]   Dim 3 Jan - 1:39

. Un sourire bien plus léger de l'enfant. "Tu me suivras, de toute façon, suivit d'un rire étouffé, évoquant tout autant l'absence totale de surprise de cette révélation, ainsi que la connaîssance parfait du fait que, malgré tout ce qui serait dit, non, Elle finirait par prendre son envol. Seule. Dis-moi, Télia... Une nouvelle pause faisant récuperer toute sa normalité au regarde de Seeder qui se tourna vers la demoiselle. As-tu toujours La statuette, celle que je t'avais offerte ?"


Seeder ne tournait pas vraiment autours du pôt, il appliquait seulement ce qui lui avait toujours été appris. Pour avancer une question qui pourrait changer la vie d'un individus, d'un pays, c'était la même méthode, amenée la chose en passant à la fois par le passé, et par les sentiments...
Appellez ça déformation professionnelle, c'est sans doute la même idée, qui lui donnât ici une allure bien plus adulte.

"Ce demaine, pour son retour, a besoin d'un Seigneur présent... Paradoxalement, je serais également un Seigneur absent. Les Gregoria fûrent toujours ainsi, notre peuple peut vivre de lui même, et je fûs mit à sa tête pour prendre les risques pour lui et lui permettre d'avancer dans ce monde. Je vais m'absenter quelques temps, je dois faire le tour des Seigneuries, passer peut-être par des endroits dont la plupart des gens qui vivent au Palais ignorent ne serais-ce que la possible existence..."

Et c'était la pure verité, beaucoups oublient le fait qu'un Seigneur, s'il est là pour son peuple se porte bien, l'est aussi pour qu'il n'ait pas à se soucier de ce qui le dépasse... Et tant de choses dépassent le peuple, dans sa grande majorité...

Les Seigneurs sont gardiens de secrets, qui, s'ils étaient révelés à tous, et s'ils pouvaient être crus par tous, remettraient peut-être en question la stabilité de ce monde...
Les liens de Gregoria avec les rebelles, le passé des Seigneurs portant ce nom, les épreuves et les choix auxquels ils doivent faire face... Ou, plus généralement... L'existence des Elus, maintes fois remise en cause, et aujourd'hui encore gardée en hybernation... Seeder n'en avait jamais sû plus à ce sujet que ce qu'on lui en avait dit, les histoires de son prédecesseur, ce qui en était dit dans les livres...

Tout ça était lié à l'équilibre des forces, de Fend tout entier. Il n'en savait rien, du rôle qu'il devait jouer vis à vis de tout celà, il n'était pour l'instant qu'un gardien des vérités, et c'est ainsi qu'il se comporterait... Mais, certains secrets sont voués à être révélés...

"Télia, je vais quitter le Domaine quelques temps, comme tous les Seigneurs de Gregoria avant moi, je vais m'occuper des affaires externes, un mois durant, toutes les vipères de se Palais se mettront d'accord pour devenir de parfaits régents, en mon absence, et ce sur ma seule demande, car, malgré leurs comérages, Je suis Leur Seigneur, et mes ordres font Loi. Et il s'arretât un instant, sans un regard vers son majordome, il sû pourtant qu'il était temps, car tout le peuple était désormait à son balcon, prêt à l'entendre. Ma question, sera donc celle-ci... Que désires-tu ? Je t'offres ta liberté, si tu la désires, à toi et à ton amie."

Elle ne serait pas la première, ni la drnière à béneficier ainsi de la bienveillance d'un Seigneur, surtout pas d'un Gregoria. Pourtant, ici, cette proposition prennait une ampleur bien plus grande... Offrir une telle liberté, à ce moment précis, c'était donner l'importance d'une Seigneurie à une seule personne -deux en l'occurence. Grégoria se libère de ses Chaînes grâce à Seeder, qui offrait désormais à Télia les clés des siennes.
Et l'enfant s'empressât d'ajouter, avant tout réponse.

"Ce que je t'offre, non, ce que je vous offre, c'est un titre officiel, celui d'Invitées du Seigneur au Palais. Toi et Sill seriez servies par tous, vous auriez une maison, une maison rien qu'à vous... Et la liberté d'y vivre, d'y rester... Ou de partir, voyager tout en ayant un pied à terre, ici, dans mon Domaine, dans Nôtre Domaine... Une légère pause, et l'intensité dans son regard se vit croître. Télia, j'entend par là... Que tu peux me suivre, totalement libre de ton statut de servante, tu peux m'accompagner, et te voir réveler des beautés que tu ne pourrais imaginer... Les beautés du monde, et son immensité. Elle n'eut pas encore le temps de répondre que le majordome ouvrît la fenètre à laquelle ils se trouvaient, s'étant déplacé jusque là sans que l'on ait pu l'entendre, avant d'aller ouvrir les portes de la salle du trône, indiquant qu'il était l'heure. Le peuple appellait son Seigneur. Suis-moi sur ce balcon, annonce avec moi ce qu'ils attendent, mon départ pour remettre Gregoria sur pied, et je prendrais celà comme un Oui... Si tu préfères rester ici, vivre par toi-même, alors prend la porte, mon majordome s'occupera de vous expliquer les détails, Sill est en bas des escaliers, il est allé la cherchée. Je dois t'abandonner avant ta réponse... Décide-toi, entre le balcon ou le Palais, décide en personne libre."

Et Seeder passat à la lumière, sortant par la fenêtre et se montrant à son peuple. Il regardait encore Télia, mais il était trop loin pour l'entendre, seul ses mouvements tiendraient lieu de réponse. Le peuple hurlait en l'honneur de son Seigneur, il hurlait son amour, son soutient, tel une seule personne. Une seule personne qui importait, à cet instant. Le choix d'une vie, Seeder offraît à Télia le monde entier, et tous ses secrets.
Et le Septième du nom se retourna, une fois devant la rembarde.
Et le peuple tout entier se tût, pour écouter son dirigeant... .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Télia
Bibliothèqu' woman !
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 37
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Re: Et de l'Etincelle naquît la Flamme [Telia]   Dim 3 Jan - 16:57

As-tu toujours La statuette, celle que je t'avais offerte ?"

Bien sur que je l'avais toujours. Comment en aurait-il put être autrement. Au dela de sa valeur en argent (dont je n'avait rien à faire je ne l'aurais jamais vendue) elle était le symbole de notre étrange amitier. Fille de rien et Fils de prince. Improbable au possible. Et pourtant cette amitié existait et j'en étais heureuse. Seeder aussi je crois. Cela le sortait de sa solitude d'enfant roi. J'acquiessais donc simplement, pas besoin d'en dire plus.

"Ce demaine, pour son retour, a besoin d'un Seigneur présent... Paradoxalement, je serais également un Seigneur absent. Les Gregoria fûrent toujours ainsi, notre peuple peut vivre de lui même, et je fûs mit à sa tête pour prendre les risques pour lui et lui permettre d'avancer dans ce monde. Je vais m'absenter quelques temps, je dois faire le tour des Seigneuries, passer peut-être par des endroits dont la plupart des gens qui vivent au Palais ignorent ne serais-ce que la possible existence..."

Ainsi donc cette abscence n'était que la première. Mais n'etait-ce pas ce qui fatalement devait arriver. Je ne savais rien de la politique et de ses aboutissants mais Seeder m'en avait assez parler pour que je comprennes qu'il devrait un jour prendre sa place auprès des autres Seigneurs. S'il le faisait aujourd'hui c'est qu'il se sentait assez fort pour le faire. Le connaissant il y avait réfléchi longuement. Et il savait surement comment il se comporterait face à ses pairs.

J'espérait seuelement qu'il ne m'oublierais pas. Non en fait je savais qu'il ne m'oublierais pas mais je me demandais surtout si nous aurions encore le temps de nous voir de temps en temps comme avant.

Ma question, sera donc celle-ci... Que désires-tu ? Je t'offres ta liberté, si tu la désires, à toi et à ton amie."

Je sursautais. Je ne m'étais pas attendue à une telle question. Pour moi il énoncais simplement le fait qu'il aurait des obligations et je ne voyais pas pourquoi il s'inquiéterais de ce que moi je voulais. La question de ma liberté me parut stupide. J'avais récupéré ma liberté le jour ou j'avais quitter la maison de mon frêre. Depuis chaque jour me permettait d'être moi-même. Si je travaillais ici au palais c'est que je l'avais bien voulu, si un jour je souhaitais partir et bien je partirais. M'offrir la liberté ne voulais rien dire.

J'ouvrit la bouche afin de le lui expliquer mais il fut plus rapide que moi.

"Ce que je t'offre, non, ce que je vous offre, c'est un titre officiel, celui d'Invitées du Seigneur au Palais. Toi et Sill seriez servies par tous, vous auriez une maison, une maison rien qu'à vous... Et la liberté d'y vivre, d'y rester... Ou de partir, voyager tout en ayant un pied à terre, ici, dans mon Domaine, dans Nôtre Domaine..."

Je souris à cette proposition. Je comprenais maintenant mieux sa proposition. Et je ne put m'empecher de penser que malgré son attitude adulte il y avait quelque chose d'immature encore. Mon jeune Seigneur m'offrait ce qu'il avait comme un enfant ayant tout voulant offrir ce tout à son amie qui n'a rien. C'était une proposition plus que généreuse et Sill sauterait certainement de joie mais comprennait-il à quel point il nous serait difficile à toutes deux de nous "faire servir" par les mêmes personnes qu'aujourd'hui nous cotoyons en égal ou presque. Oh je ne doutais pas que Sill finirais par s'y habituer et peut-etre que moi aussi. Mais cela m'éloignerais aussi du palais. Je ne pense pas que c'est ce que mon ami voulait mais le fait était là.

Soudain sous le feu de son regard je me rendis compte d'une intonation appuyée : "Nôtre Domaine"... Lui et... moi ? Que me croyait-il capable de faire ? Moi ? Pourtant les paroles suivantes confirmèrent ce qu'il essayait de me dire.

Je me sentais comme hapée par la surprise, par cette annonce. J'aurais voulu lui répondre, lui expliquer tout ce qu'y m'était passé par la tête depuis le début de notre entrevue mais je ne trouvais la force de le faire. Et puis la fenetre s'ouvrit. L'extérieur entra de nouveau dans la salle. J'aurais voulu les refermer tant cela me semblait agréssif, présomptueux.

Il continua vite. Dehors son peuple l'attendait.

Suis-moi sur ce balcon, annonce avec moi ce qu'ils attendent, mon départ pour remettre Gregoria sur pied, et je prendrais celà comme un Oui... Si tu préfères rester ici, vivre par toi-même, alors prend la porte, mon majordome s'occupera de vous expliquer les détails, Sill est en bas des escaliers, il est allé la cherchée. Je dois t'abandonner avant ta réponse... Décide-toi, entre le balcon ou le Palais, décide en personne libre."


Je clignais des yeux et essayais de me secouer de ma torpeur. Seeder, mon ami, te rendais-tu compte qu'à cet instant tu venais toi-même de me fabriquer de nouvelles chaînes. Si nous avions pu en parler ensemble avant, si j'avais pu en parler avec Sill. Je me serais peut-etre sentie moins mise au pied du mur. Se rendait-il compte que c'était presque choisir entre mes deux amis. Devant moi Seeder, derrière Sill. Quoi je choisisse je garderais leurs amitié à tout deux mais dans l'un ou l'autre cas rien ne serais plus jamais pareil.

J'allais tourner le dos à Seeder, j'allais repartir vers Sill. De toute façon comment pourais-je jamais affronter les centaines de regard posé sur moi. Comment pourrais-je affronter d'être quelqu'un. Moi qui trouvais qu'une journée avait été bonne si personne ne m'avait appellé par mon prénom et que personne ne semblait même m'avoir remarqué.

Les yeux braqués sur Seeder je fis un pas en arriere. Dehors les voix s'était tues. Une brise passa alors par la fenetre. "Vas-y" me murmura t'elle. Mais je ne pouvais pas. Je voulu faire un autre pas en arrière avant de me rendre compte que je venais de le faire en avant. Avant même d'y réfléchir plus j'avais ratrapé Seeder sur le balcon.

J'étais boulversée, paralysée par la foule, horrifiée de m'être ainsi exposée aux yeux de tous. J'avais fait un autre choix et pourtant j'étais là sur ce balcon. Et je ne savais pas s'il fallait que j'en pleure ou que j'en ris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seeder
Petit Lutin du Papa Noël - & cie
Petit Lutin du Papa Noël - & cie
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 25
Date d'inscription : 08/10/2008

Carnet de voyage
Age du perso: 13 ans
Profession: Gami... Seigneur !
Statut: Opposant

MessageSujet: Re: Et de l'Etincelle naquît la Flamme [Telia]   Dim 3 Jan - 18:01

. Le regard du Seigneur ne se tournât même pas, il savait, tout simplement, que ce qui devait arriver arriverait. Rien de plus. Rien de moins.


Seeder levât les yeux sur son peuple, ne sachant pas que, derrière lui, Télia était là, torturée par les mots qui trouvaient encore leur éco dans la Salle du Trône. Ne sachant pas qu'elle en avait comprit plus, plus que ce qu'il avait dit, proposé. Il n'était qu'un enfant, dans certains choix, l'impacte des mots sur des dirigeants était prévisible, mais l'impacte de ces mêmes mots sur une femme...

Il ne pensait pas séparer Sill et Télia, il n'offrait pas à Télia une place de Reine, il lui proposait de vivre à ses côtés, d'habiter son Palais, ou encore... De partir, avec le soutient des Grégoria.
Mais tout celà était bien futile en cet instant.
Le Seigneur, faisait face à son Peuple.
Et Télia, derrière-lui, devait déjà sentir derrière eux la présence gênante du majordome, qui avait assisté aux hésitations de la demoiselle... Et qui n'en dirait rien... Rien de plus qu'un murmure à l'oreille de la première interessée...

"Ce ne sont pas de nouvelles chaînes, qu'il attache à votre poignet. Il vous offre le monde, et, croyez-moi, suivre le Septième Grégoria au pouvoir... Est une experience à nulle autre pareille."

Et l'homme se tût, avant de disparaître à nouveau dans la pièce. Et pendant ce temps, les mots du Seigneur s'emplifiaient avec le vent, pour atteindre jusqu'aux portes du royaume ceux qui étaient ici pour l'écouter. Entendre la suite...

"Entendez-moi, écoutez mes paroles. Je m'excuse d'avance, de ce qui pourrait arriver, dans un futur proche, et j'espère obtenir votre pardon pour ce qui arrivera... Votre pardon et votre confiance, c'est là tout ce qui m'importe. Tant que vous serez derrière-moi, l'Etincelle des Gregoria pourra devenir Flamme, et mère de la lumière qui nous manque tant... Ma calèche est avancée, je vous quitte en cette après-midi, afin que l'Etincelle puisse grandir... Gregoria sera la plus grande, ayez confiance en vos Seigneurs, tous présents en moi. Gregoria prévaut !"

Et la foule acquiessat... Bien sûr, il avait leur confiance, et jamais il ne la perdra... Car ils n'étaient rien, avant que les Gregoria ne les acceptent en leurs terres. Un peuple qui était enchaîné à la vie, et qui fût liberé de son passé, pour servir un seul homme... Immortel, car se répettant dans des corps différents... Ainsi soit-il, ainsi devait-il être, d'après les légendes...

Seeder se retournât, son regard parrût différent, un instant, il était celui de Ciedrich, celui de tous les autres avant lui... Mais il était le sien, le véritable regard de Seeder de Gregoria, Septième du nom.

Et ils rentrèrent dans la Salle, Seeder dût d'ailleurs prendre Télia par la main, pour que celle-ci le suive près du trône... Sill s'y trouvait déjà, initiative du majordome, qu'ignorait Seeder, mais qui ne surprit pas le Seigneur... Un sourire aux deux demoiselle, un baiser sur la main de la nouvelle arrivant, son chapeau non-chalament posé sur le haut du crâne et qui lui donnait, en cet instant, l'aiur d'un parfait gentleman.

"Si vous le désirez, des habits vous attendent dans mes quartiers, ainsi qu'un bain, ou tout ce que vous pourriez souhaiter... Nous partirons quand vous serez prêtes, profitez, car, à cet instant même, le peuple tout entier vous voit comme mes favorites, vous aurez tous les privilèges... Avant que nous ne partions, en tout cas..."

Sans doute Seeder n'avait-il jamais tant parler devant tant de monde, car il se tût ensuite, regardant plusieurs secondes Télia, qui semblait bien déstabilisée, après tout celà... Compréhensible, certes, mais incomprit... Du moins, pas totalement.
La calèche était déjà là, elle n'attendait plus qu'eux.
Le voyage prochain, entraînerait Seeder aux limites du continent, dans chaque domaine, surement, dans les plus beaux Palais, où il serait reçu comme le Seigneur qu'il est... Mais aussi... Dans les plus sombres recoins de l'humanité... Et derrières les plus lourds voils du secret... .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Télia
Bibliothèqu' woman !
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 37
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Re: Et de l'Etincelle naquît la Flamme [Telia]   Dim 3 Jan - 19:43

J'observais la foule, masse sombre ou les visages ne se distinguaient pas les uns des autres. J'aurais du, voulu être parmis eux et non dans l'ombre de Seeder.

"Ce ne sont pas de nouvelles chaînes, qu'il attache à votre poignet. Il vous offre le monde, et, croyez-moi, suivre le Septième Grégoria au pouvoir... Est une experience à nulle autre pareille."

Ces mots murmurés à mon oreille se voulaient rassurant et pourtant avaient l'effet inverse. Je ne veux pas du monde. Qu'à donc fait le monde pour moi ? A part m'offrir l'amitié de quelqu'uns, de ma soeur de coeur, de mon Seigneur. Certes suivre une lumière doit etre l'expérience la plus formidable qui puisse exister. De cela je ne doutais pas.

Je n'écoutais rien du discour de Seeder, tout à mon trouble et je lui sourit à peine lorsqu'il me prit la main et me conduisit prèt de son trône. Sill était déjà là. Sérieuse, grande et si belle. Sereine même. Ses yeux pétillaient. La connaissant bien je savait que son calme était feint mais j'admirais avec quelle grâce elle acceptait les choses.

Elle rougit au baise-main de Seeder mais tout de suite après me prit dans ses bras. Je m'y réfugiais avec plaisir. Je me demandais ce que la jeune fille pensait de notre nouveau jeu.

"Tout vas bien petite soeur" me murmura t'elle. Je fermais un instant les yeux. Si Sill le disait alors ça serait vrai. Lorsque je les rouvris je pus sourire à Seeder, rassurée vraiment cette fois par ces quelques mots et sa présence.

Ce fut elle qui parla pour nous.

"Nous vous remercions de tous ces bienfaits Seigneur. Nous allons faire en sorte de ne pas vous retarder mais une heure nous sera nécéssaire afin de nous préparer."


Une heure ? 5 minutes pourraient amplement suffire à ce que je récupère mes affaires et partir. Sauf que Sill voulait certainement me questionner sur ce qui se passait. Et peut-etre bien faire main basse sur une des robes promises par Seeder.Je songeais un instant à ma danseuse et comme Sill serait belle dans une de ces robes de bal. Persuadée que moi je ressemblerais plus à un moineau déguisé.

Sill quitta la salle à grands pas m'entrainant à sa suite. Prétextant de récupérer nos maigres affaires nous-même (au lieu d'envoyer un serviteur) nous retournâmes à notre chambre. Comme prévu je me retrouvais sous un flot continu de question et je tachais d'y répondre de mon mieux. Au fur et à mesure que je racontais l'histoire à Sill je me rendis compte que ce n'était finallement pas si mal. Bien au dela de mon nouveau statut (mêe s'il ne m'enchantait pas) je pourrais désormais voir Seeder quand je le voudais et nous n'aurions plus à nous cacher dans ses appartements.

Je me demandais quand même en quoi pouvait bien constituer le statut de favorite et lorsque je le demandais à Sill elle se mit à rire. Elle m'expliqua ensuite certaines choses qui me firent rougir amis aussi rire. Nous doutions que Seeder en arrive là quand même.

Pourtant cela permit que je me détende un peu plus. Ensuite le tour dans les appartements de Seeder acheva de rendre Sill complètement folle de ses nouveaux pouvoirs. Vetements, bojoux, robes, manteaux, accessoires... Seeder avait tout fait sortir pour nous. Ma soeur se plaignait soudain de n'avoir demandé qu'une heure. Elle plaisantait avec les servantes chargées de nous apporter toutes ces merveilles. Et sa bonne humeur me rendit complètement mon sourire, surtout que Sill me transforma en manequin. Je devais lui accorder qu'elle avait du gout.

Finallement nous n'avions qu'un quart d'heure de retard lorsque nous nous représentâmes devant Seeder. Elle dans une splendide robe vert d'eau et moi (j'avais du insister) dans une robe plus sobre d'un beau velour gris perle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seeder
Petit Lutin du Papa Noël - & cie
Petit Lutin du Papa Noël - & cie
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 25
Date d'inscription : 08/10/2008

Carnet de voyage
Age du perso: 13 ans
Profession: Gami... Seigneur !
Statut: Opposant

MessageSujet: Re: Et de l'Etincelle naquît la Flamme [Telia]   Dim 3 Jan - 21:19

. Un Seigneur reste un Seigneur, même dans ses moments de grâce.

Seeder avait laissé les demoiselles profiter de tout celà, de toute cette opulence. Lui, il était né avec, ces bijoux, ces habits riches, ces servants. Aujourd'hui encore on pouvait se demander si le Septième saurait vivre sans servant, s'il saurait vivre sans son majordome. La réponse était Non, sans aucun doute possible.

Pendant que Sill et Télia se changeaient, Seeder vaquait à ses devoirs, il prit part à une réunion avec ses ministres, leur expliquât ce qui allait se passer, dans quelle mesure Gregoria reprendrait sa vie d'entemps.
Ce n'était pas une mince affaire, que de cacher à tout un peuple que son Seigneur soutenait les rebelles, mais, ce peuple-ci savait très bien éviter les questions, au sujet de ce que tous devinaient bien aisément. Ainsi la réunion ne prit-elle qu'une vingtaine de minutes, et Seeder pût aller se changer, prendre à son tour un bain dont il profitât bien car...

... Car, ce que tous ignoraient, ce que Télia et Sill ne pouvaient savoir, c'était que cette opulence dont le statut de Seigneur -comme celui de Favorite- permettait ici, dans le domaine, se perdait bien vite, lorsqu'on en sortait. Bien sûr, Seeder avait l'argent, et l'argent régnait sur Fend, mais la grandeur d'une Seigneurie, celle d'un Palais, n'était en rien comparable à celle d'une auberge, d'un hotel de passe, dans le style de ceux que les Seigneurs de Grégoria fréquentaient lors de leurs voyage...
Il étaient simples, les Seigneurs s'étaient toujours contentés du Meilleur... Même si, parfois, ce meilleur était bien médiocre...
---


L'heure passat, et Seeder fut exactement à l'heure, devant la calèche, à l'entrée de Palais. Peu de gens étaient venus, en cet instant, car il n'était pas nécessaire de dire au revoir au Seigneur, il serait bientôt de retour, et il savait très bien que son peuple était là, avec lui, même dans son absence...

Lorsque Télia et Sill arrivèrent, Seeder ne les vit pas immédiatement. Son regard était presque aussi sombre que son costume. Il était semblable à un cocher de Roi, à coté de sa voiture, attendant patiement de devenir une faucheuse... Personne n'aurait put comprendre, à cet instant, les pensées qui occupaient son esprit... Peut-etre même pas lui...

Mais son visage changeât bien vite, quand son majordome lê fit sortir de son état par une anonce des demoiselle. Alors le sourire du dirigeant revint... Et il n'eut jamais l'air aussi faux... Seeder était préocupé par l'un des secrets qui faisaient de lui un Seigneur, et c'est avec ce secret qu'il fit rentrer les deux jeunes femmes dans la calèche, après leurs avoir signifier à quelle point elles étaient belles ainsi habillées.

Un long voyage commençât au dernière regard de Seeder à travers la vitre de la diligeance, lorsque celle-ci passait les grandes portes... Il fermat les rideaux et s'assit.

"C'est la première fois que vous entre dans une calèche ?" Et son sourire se fit un peu plus vrai, quand chaque seconde les rapprochait de la plus grande citée de Fend... .


(Voilà, je te laisse donner les impression de Télia, après quoi, on cherchera peut-etre quelqu'un pour repprendre le flambeau dans un autre topic, et te faire un peu changer d'air :) )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et de l'Etincelle naquît la Flamme [Telia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et de l'Etincelle naquît la Flamme [Telia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Art du Combat ... [ Nuage de Flamme ] // End.
» >>. J'ai cru voir une flamme dans tes yeux... [PV Nuage de Citron et Nuage d'Ecureuil]
» La flamme jaune
» La chasse de la Flamme Noire
» Flamme Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kenen Kuro :: Les Terres de Fend : Kenen et Kuro. :: Les fiefs et seigneuries :: Domaine Gregoria-
Sauter vers: