AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [FV] Gabriel de Sarments

Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel de Sarments
Partisan(e)
Partisan(e)
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 36
Date d'inscription : 21/04/2009

Carnet de voyage
Age du perso: 31 années
Profession: Investigateur
Statut: Partisan

MessageSujet: [FV] Gabriel de Sarments   Ven 8 Mai - 18:28

[CARTE D'IDENTITE]

Nom : de Sarments
Prénom : Gabriel
Surnom / Nom de code : Le furet (seulement utilisé dans son dos ou par ses détracteurs)
Âge : 31 ans
Sexe : Masculin
Lieu de naissance : Nekai et Nonaï


Votre profession et/ou Orientation face à la politique de Neiji :
Son surnom du « furet » provient évidemment de son activité principale qui consiste à fouiner dans toute la ville à la recherche des niches rebelles. Gabriel commence à être bien connu des rebelles, aussi n’est-il en aucun cas un espion. Son rôle est celui d’un investigateur dont la force n’est ni la discrétion ni la ruse mais plutôt la persévérance et l’opiniâtreté. En tant que sbire de Neiji et membre des chasseurs de rebelles, son obédience va évidemment au régime en place. Gabriel méprise les rebelles qu’il prend pour des fauteurs de trouble immatures. Il s’aveugle volontiers au sujet des disparitions et des véritables intentions du Seigneur noir. Heureusement pour sa propre santé mentale, il ne reçoit de lui aucun ordre direct : il les tient de son supérieur hiérarchique, Azarel Elentir. Ce dernier est d'ailleurs parmi les hommes de Neiji le seul auquel il voue une admiration complète et un respect sans faille.



[PHYSIQUE]

Gabriel possède un physique qualifiable d'athlétique ainsi qu'une solide constitution. Il n'est certes pas d'une carrure très impressionnante, avec son mètre soixante-dix-sept et ses quelques soixante-douze kilos de poids. Mais c'est un coriace, entraîné à la course, à l'escrime et autres disciplines martiales. Son maintient naturel est celui d'un noble de l'épée, aussi droit que l'exige le militaire, mais adouci par une hautaine élégance toute aristocratique. Ce mélange somme toute classique se retrouve dans sa démarche, souple, vive, rapide, et en même temps gracieuse et presque empruntée. Sa chevelure est châtain, tirant presque sur le roux sous la vive lumière, ce qui, ces derniers temps, ne se remarque guère plus. Il les porte longs, le plus souvent attachés. Ses yeux sont d'un noisette assez quelconque, mais faisant de temps en temps l'objet d'un compliment ou deux de la part d'une demoiselle un peu trop facile. Un nez discret et légèrement pointu, de petites oreilles un peu décollées, un menton et une mâchoire plutôt carrés ; malgré ces quelques menus défauts, son visage reste agréable selon les canons de beauté habituels. Peut-être porte-t-il son charme dans ses traits fins et sa façon de sourire, en plissant délicatement ses yeux félins. Son style vestimentaire ressemble à sa manière d'être : il affectionne les tenues propres et soignées, signes de son appartenance à la caste supérieure, les chapeaux, cols, ceintures et autres accessoires qui le distinguent de la populace. Mais généralement, il troque l'habit d'apparat pour une tenue plus pratique et moins salissante. Pour traîner dans les troquets et arpenter les rues de Nekai, il ne saurait s'accommoder du même mode vestimentaire que lorsqu'il participe à un salon. Il préfère donc ses bottes noires et son pantalon en cuir tanné, ainsi que son pourpoint brun de chasse. Il apparaît parfois coiffé d'un feutre avec une large plume de faisan, mais cela le rend si repérable qu'on croirait entendre les fenêtres murmurer son nom lorsqu'il passe en contrebas.

« Mon corps est mon seul et mon meilleur outil. À ceux qui prétendent qu’il ne sert que de réceptacle à l’âme, l’essence de l’être, je démontre leur tort par ce à quoi ma force supérieure m’autorise : une juste et violente correction. À ceux, bien moins présomptueux cependant, qui placent le muscle au-dessus de l’esprit, il me faut, si en cela je leur suis inférieur, m’incliner devant eux dans ce monde et en rêver un autre où la puissance d’un homme se jauge à celle de son esprit et non à celle de son bras. La nature a favorisé les forts, les agiles, les adroits. J’aspire à me ranger de leur côté par l’entraînement et l’effort assidu. Ainsi et seulement ainsi je crois modestement pouvoir mériter une place de choix dans ce monde sans pitié. »


[PERSONNALITE]

Caractère :
De l’homme de son rang, Gabriel arbore un certain nombre de traits de comportement habituels. Il ne s’agit pas réellement d’un caractère mais plutôt de sa manière d’être en société, où il apparaît souvent au premier abord comme une personne arrogante, vaniteuse et quelque peu méprisante, avec toutefois une politesse et un respect des bonnes manières irréprochable. Cependant, dans son métier, il ne peut se permettre de se révéler sous ce jour avec n’importe qui. C’est pourquoi dans la rue, il peut adopter une attitude totalement différente, plus naturelle et nonchalante, avec un mépris flagrant pour les règlements et les traditions. Laquelle de ces deux natures est la sienne véritable, même lui ne saurait le dire. C’est en partie pourquoi ses propres subordonnées lui trouvent une certaine aura de mystère et sont incapables prévoir ses réactions.
Qui le connaît un peu mieux saura cerner son véritable caractère. Il est certain qu’il est orgueilleux au-delà de la norme, avec pour conséquence une estime de soi enflée, mais aussi une exigence importante vis-à-vis de sa propre conduite. En cela, certains l’admirent, car il est parvenu à cultiver de nombreux talents par son assiduité au travail. Si son orgueil est un point faible qu’il maîtrise mal, son flegme et sa distance envers les choses sont en revanche des armes bien affûtées. Gabriel est très difficile à déstabiliser et c’est un orateur doué. Son goût prononcé du sarcasme et pour les mots d’esprit est redouté par ses ennemis comme par ses pairs.
Ce qui motive un homme comme Gabriel ne peut être l’argent. Si le pouvoir exerce sur lui une fascination certaine, jamais il ne saura l’unique objet de son dessein, car c’est là selon lui un bien futile objectif. Non, ce qui l’intéresse, c’est le grand projet. Le plan. Bien qu’il ignore tout des véritables intentions du Seigneur Noir, il est convaincu que ce dernier prépare quelque chose de soigneusement planifié et ordonné, dont il –Gabriel- souhaite constituer l’un des meilleurs et des plus fiables rouages. Sa dévotion est donc totale. Les notions de bien et le mal n’entrent en effet pas en ligne de compte dans son jugement.
Gabriel est avant tout un homme d’honneur et de loyauté. C’est peut-être en cela qu’il se distingue de l’image qu’on peut avoir de lui lorsqu’on ne le côtoie qu’un peu. Ce contraste avec son libertinage, sa nonchalance et son apparent mépris des règles et de ceux qui les suivent est précisément ce qui le rend complexe. Si ses amis ne peuvent le cerner, ses ennemis n’en sont pas plus capables, car à chacun il manque une pièce du puzzle qui réunit les multiples facettes de sa personnalité.


Goûts :
Ce que Gabriel affectionne avant tout autre chose, c’est une bonne dispute. D’abord pour l’art (surtout lorsque les participants sont fins rhéteurs ; pour l’intérêt tant argumentatif que littéraire, tant scientifique que futile du débat), ensuite par ce qu’il adore avoir raison, et dernièrement, parce que, si exceptionnellement il se trouve qu’il doit admettre son tort, il peut enchaîner à la discussion la deuxième de ses activités favorites : la baston. Mais d’autres domaines plus habituels ont attiré son attention. En dehors de sa curiosité pour la peinture, le théâtre, la musique, la gastronomie et toutes les sortes d’art représentatifs, il cultive son goût pour les jeux, quels
qu’ils soient, qu’ils fassent appel à la tactique ou au hasard, aux cartes ou aux dés ou à quoi que ce soit d’autre. Ses jeux préférés restent tout de même les échecs (la version de Nonaï utilise une grille sept par sept) et la jonquille (un jeu de dés particulièrement prisé des milieux nobles). Vient alors l’épineux sujet de ce que Gabriel ne tient pas en grâce. Son mépris va d’abord à ceux qui ne tiennent pas leurs engagements. Il estime qu’une personne sur laquelle on ne peut compter ne mérite pas qu’on la traite comme un être humain. Ensuite, il va aux vaniteux lorsqu’ils ne rejoignent pas cette première catégorie. Il ne va cependant pas avoir l’honnêteté de s’y inclure lui-même. Puis il hait –d’une petite haine, cependant- les animaux de compagnie inoffensifs, les enfants bruyants et les femmes profiteuses. On ne peut pas dire qu’il soit philanthrope.


« Cette question de savoir ce que je pense de moi-même ne m’inspire guère. En effet, je suis peut-être d’entre tous les juges le moins commodément assis pour résoudre mon propre cas. D’un coup mon bon sens ira à me décrire par quelque adjectif que la minute suivante je réfute, ainsi que mon nouvel angle de vue m’indiquera juste. Toutefois, je prétends lier à ma personnalité un certain nombre et une certaine qualité de principes sans lesquels je ne puis définir adéquatement mon identité. Je prendrai pour l’exemple la foi. Elle est constitutive de mon être et de mon humanité. J’estime que la foi est la contrepartie nécessaire de la dignité. Oncques celui qui ne croit en rien… n’est digne de rien. »


Dernière édition par Gabriel de Sarments le Sam 9 Mai - 18:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel de Sarments
Partisan(e)
Partisan(e)
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 36
Date d'inscription : 21/04/2009

Carnet de voyage
Age du perso: 31 années
Profession: Investigateur
Statut: Partisan

MessageSujet: Re: [FV] Gabriel de Sarments   Ven 8 Mai - 18:29

[PASSE ET PRESENT]

Histoire :
C’est en Nonaï qu’il naquit et en Nekai qu’il vécut, dans un domaine jouxtant la périphérie de la grande décadente. Quatrième fils d’Adram, Comte de Sarments, et de sa troisième femme Beata Alwenski, Gabriel suivait de treize ans l’aîné et premier héritier Serein de Sarments. Il n’entrait donc pas directement en concurrence avec lui pour le titre de Comte, mais n’était pas pour autant bien vu de ses autres frères, Semaj et Destin, qui n’étaient de fait que ses demi-frères du point de vue du sang et qui n’avaient que quatre et trois ans de plus que lui. Beata mourut malheureusement en couche, et Karolina van Spree, la seconde femme du Comte retrouva aussitôt son statut de première dame de la maison de Sarments. Mais elle se gardait bien de créer directement des difficultés à Gabriel pour ne pas attirer les foudres de son père.
En tant qu’enfant, le jeune Gabriel était très curieux et relativement doué pour les lettres et la géométrie. Son père avait engagé pour son éducation un universitaire prestigieux du nom de Batavius. C’est par lui que le jeune garçon apprit ce qu’il sait aujourd’hui des disciplines scientifiques et philosophiques et agrandit sa connaissance du monde, du moins d’autant qu’il se peut quand on se limite aux livres et au bout de papier. Batavius eut rapidement de l’affection pour Gabriel et le suivit avec attention jusqu’à ses treize ans. C’est cette année-là, vingt-deuxième du règne de Neiji que mourut le comte de Sarments, léguant à son fils aîné une importante fortune et la place de premier homme de la maison de Sarments. C’était alors un jeune homme de vingt-six ans. Il aimait d’un amour égal ses trois frères, mais n’eût guère le temps de s’en occuper car d’importantes responsabilités l’accablaient. Administrer le domaine, la fortune et les nombreux serviteurs n’était pas tâche facile et ses frères étaient trop jeunes pour l’y aider. La comtesse veuve Karolina en profita pour étendre son pouvoir à l’intérieur de la maison. La matrone renvoya Batavius et livra Gabriel au maître d’armes afin d’en faire un guerrier. C’était donc le destin qu’elle lui avait tracé. À cet âge, il fut initié aux armes en même temps que ses frères aînés, mais devait s’entraîner au moins le double pour pouvoir péniblement contrer leur force supérieure par une technique plus experte. Son confort de vie diminua soudainement et le jeune Gabriel eut une adolescence rude, passée entre le glaive et la rapière, entre le tir à l’arc et l’équitation. Ses rares moments d’évasion étaient consommés par ses heures de lecture. Gabriel raffolait de littérature légère, de poésie épique et était particulièrement fasciné par les œuvres érotiques, scatologiques ou violentes qu’on pouvait trouver dans la grande bibliothèque du domaine. Mais lorsqu’il fut en passe de devenir un homme, sa vie changea du tout au tout : Karolina l’envoya à l’armée et à seize ans, Gabriel de Sarments fut donc affecté au huitième régiment de l’armée du Seigneur noir.
Ce fameux huitième régiment était une compagnie constituée essentiellement de jeunes recrues, et Gabriel fut confronté pour la première fois à un grand nombre de jeunes gens de son âge. D’abord timide et réservé, il se montra vite tel que la nature l’avait bâti : hautain et orgueilleux. Son tempérament lui attira d’ailleurs quelques démêlés avec ses camarades et supérieurs. Ces années de baroud furent de loin les plus instructives de sa vie et celles durant lesquelles le jeune Gabriel dut apprendre à s’adapter, à se remettre en question et à faire preuve d’humilité. Choses de la vie qu’il découvrit par la voie difficile au cours de nombreuses occasions qui valent la peine d’être narrées, mais n’ont guère leur place dans une biographie grossière telle que celle-ci. Toujours est-il que Gabriel gravit les échelons jusqu’à être promu officier en second de la sixième compagnie à vingt-quatre ans, sous les ordres d’un certain capitaine Virshner.
Il n’entra au service direct des forces anti-rebelles que cinq années plus tard, sur recommandation du capitaine Virshner, lequel commençait sérieusement à ne plus pouvoir le supporter. C’est ainsi qu’il vit pour la première fois le Seigneur noir, ainsi qu’il fut pour la première fois amené à devoir confronter ses actions à ses propres règles de principe.


Famille, amis et connaissances :
Gabriel possède toujours quelques contacts avec la maison de Sarments. Bien qu’il cultive une relation de mépris réciproque avec ses deux frères aînés Semaj et Destin et sa belle-mère Karolina, il admire fortement son grand frère Serein, le Comte de Sarments. Ce dernier n’est en revanche pas un fanatique de Neiji. Il ne fait que soutenir passivement sa politique. Il existe une rumeur qui voudrait qu’il soit en dialogue avec les forces rebelles, ce qui pourrait causer à Gabriel un cas de conscience terrible. Mais comme toute rumeur a son écho, il en existe également une qui voudrait que la première soit une diffamation complotée par Semaj et Destin afin de faire tomber le Comte en disgrâce et pouvoir récupérer le titre. Du point de vue de Gabriel, ces deux versions sont probablement exagérées, mais elles soulèvent des problèmes qui lui tiennent fortement à cœur. Aussi ne peut-il les ignorer. Gabriel est fiancé à une jeune bourgeoise de dix-neuf ans dont les parents tiennent une boutique sur la place Comedia. Elle se nomme Jeanne Murmure. Ils n’ont cependant jamais été amants. Le plus amusant, c’est qu’ils se détestent même sans se connaître vraiment. Gabriel ignore qu’elle est une sympathisante de la rébellion et Jeanne ignore la véritable tâche de Gabriel.


Rang éventuellement souhaité :
Gabriel est issu d’une grande famille en déclin depuis la mort du dernier Comte. Comme il n’est qu’un héritier de second cercle, son influence nobiliaire est quelque peu réduite. Il n’empêche qu’il cultive de nombreuses relations dans les hauts cercles et pourrait éventuellement recevoir de l’aide bien placée s’il en faisait la demande. Ses possessions sont néanmoins relativement modestes pour un homme de sang et il ne détient pas de patrimoine particulier.


« Ardue la tâche de distinguer l’homme d’action de celui de réflexion par la simple considération de son passé. Personnellement, je ne souhaiterais être assorti ni de l’un ni de l’autre : je n’ai d’estime que pour ceux qui savent joindre ces deux qualités. L’on n’a que faire de celui qui arrête d’agir lorsqu’il réfléchit ni de celui qui cesse de penser lorsqu’il fait. Ces mots cachent à peine leur provenance martiale : je les tiens d’un homme admirable, un ardent capitaine d’infanterie à qui je dois beaucoup de ma bêtise actuelle. Aujourd’hui s’il fallait que je retrouve tel mentor, il me faudrait m’abaisser à prendre pour maître le plus vil sous-fifre s’il en est, tant les hommes du Seigneur sont admirables à la fois pour leur bras et leur cervelle. Tenez mon bon ! Voyez-vous ce larron qui passe ? On se demande de son armure et de sa sottise laquelle est la plus rutilante. Eh bien vous n’avez que ça ici. Et j’ai conscience amère que mon ironie ne nous en sauvera point. »


[AUTRES]

« Dans la vie, il me semble, il est une activité qu’un homme qui se respecte se doit de préférer à toute autre. J’entends : les galipettes. Là où nous différons, en revanche, c’est sur notre manière de nous occuper entre temps. Finalement, la véritable valeur d’un homme pourrait être son habilité à chasser l’ennui. Il n’est pas d’ennemi plus formidable que l’ennui, car même le plaisir de la chair ne saurait nous en prévenir. »


[DERRIERE MON ECRAN ]

Comment avez vous connu KenenKuro ?
Par le hasard, l'ami. Au gré de navigations futiles et à force de temps perdu, on déniche parfois des trésors.

Auriez vous un conseil à nous donner ou une remarque à faire sur le forum ?
Il est trop tôt pour juger. Mais je trouve que ce forum est très attirant.

Avez vous des restrictions particulières qui pourraient vous gêner ?
Surprenez-moi.

Est-ce un double compte ?
Pas encore.


Dernière édition par Gabriel de Sarments le Sam 9 Mai - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Owen
Globule gazeux de poche

avatar

Nombre de messages : 1947
Localisation : Partout, et surtout aux endroits les plus improbables.
Particularité : Sale gosse ?
Date d'inscription : 06/01/2007

Carnet de voyage
Age du perso: A jamais nouveau né
Profession: Boule Gazeuze
Statut: Créature immatérielle

MessageSujet: Re: [FV] Gabriel de Sarments   Jeu 14 Mai - 21:08

Excuse moi, je n'avais pas eu le temps de regarder ta fiche avant ce soir.
Elle est en cours de lecture par Peaca et moi, on te réponds dès que possible !

_________________
Parmi vous je ne suis qu'une ombre, mais ma voix est sans appel.

Pas de message privé sur ce compte, la messagerie n'est pas consultée.
Contact Kenen = Peaca Mortalis
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kenenkuro.forumactif.fr/
Owen
Globule gazeux de poche

avatar

Nombre de messages : 1947
Localisation : Partout, et surtout aux endroits les plus improbables.
Particularité : Sale gosse ?
Date d'inscription : 06/01/2007

Carnet de voyage
Age du perso: A jamais nouveau né
Profession: Boule Gazeuze
Statut: Créature immatérielle

MessageSujet: Re: [FV] Gabriel de Sarments   Dim 17 Mai - 18:40

Malgré une erreur dans la catégorie "Rang éventuellement souhaité", où nous demandions simplement quel rang voulais-tu voir apparaître au dessus de ton avatar à la gauche de tes messages sur Kenen... La fiche est validée Gabriel ! Il te suffira de nous faire passer l'information dans un prochain message, l'erreur n'est pas dramatique.

Nous te présentons nos excuses pour l'attente, en espérant que cela n'a pas refroidit ton envie de jouer parmi nous et de faire entrer ton personnage dans ce tourbillon dont il ne ressortira pas indemne... Tes rangs et groupes arrivent très bientôt, n'oublie pas de remplir ton "Carnet de Voyage" dans ton profil !

Je te souhaite un très bon jeu sur Kenen !
A bientôt !

_________________
Parmi vous je ne suis qu'une ombre, mais ma voix est sans appel.

Pas de message privé sur ce compte, la messagerie n'est pas consultée.
Contact Kenen = Peaca Mortalis
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kenenkuro.forumactif.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FV] Gabriel de Sarments   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FV] Gabriel de Sarments
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kenen Kuro :: Mémoires et réminiscences :: Vos biographies :: Fiches validées-
Sauter vers: