AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ne jamais se laisser surprendre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rel
Le feu follet
Le feu follet
avatar

Nombre de messages : 130
Age : 28
Localisation : Anywhere
Particularité : Illogique, solitaire, et surtout grand menteur.
Date d'inscription : 07/01/2007

Carnet de voyage
Age du perso: 21 ans
Profession: Informateur/Tueur à ses heures perdues
Statut: Neutre

MessageSujet: Ne jamais se laisser surprendre   Lun 30 Mar - 22:11

Que pouvait bien faire un homme comme Rel, seul, la mine sombre, marchant apparemment sans se soucier de sa direction, à minuit passé ? Heure donnée approximativement car, rappelons le, l'absence du soleil n'aidait pas à savoir à quelle heure l'on se trouvait.

Il lisait qui plus est !
Quoi ?

Une lettre qu'il venait se décacheter.
Lettre donnée par un gamin qui s'était enfuit aussitôt après...
Qui lui avait été donnée par on ne sait qui, on ne sait quand.
Et d'ailleurs, puisque on en parle, depuis quand un informateur peut-il recevoir du courrier ?

Bon, il va de soit que les missives et demandes de ses employeurs ne tombaient pas du ciel. Pique de Lune recevait donc tout cela de la main de gavroches des rues payés trois sous, ou bien allait directement voir les concernés. Une manière comme une autre de conserver l'anonymat, et une certaine aura mystérieuse que Rel entretenait depuis des années.

Il lisait donc.

Et ce qu’il lisait le plongea d'abord dans un profonds désarrois.
Ou bien dans la perplexité la plus totale.
Ce qui revenait au même.

« Reliel,

Si je t’écris aujourd’hui, ce n’est pas pour que tu te sentes en danger
(ah, la bonne blague !) ou pour que tu parles à l’autre bout du continent (ah oui ?). Je ne me nommerais pas pour me protéger, de toi comme de tes ennemis. Tu vis une vie tumultueuse et je ne voudrais pas en subir les conséquences. Ceci dit, sache que je suis ton père (remake de Star Wars ?) et que je connais tes agissements. Lorsque le moment viendra, je saurais que je pourrais me montrer à toi.

Ne commets pas d’imprudence.
Ne te compromets pas.

Tu joues un jeu dangereux, mon fils. »


Rel entra alors dans une rage folle.
Pulvérisa littéralement le document après avoir violemment usé de ses dons du feu.
Se retourna, et frappa de son poing contre l'arbre le plus proche.

Comment cette personne osait-elle ?!
Comment ?!!

Il frappa une nouvelle fois.

Comment ?!!!

Il se mit alors à courir, courir, courrir.
Sans s'arrêter.

Et il finit par atterrir - presque sans s'en rendre compte - sur les berges de l'Aanka, le fleuve le plus pourri, mais aussi le plus ancien de la ville. Sa rage ne tombait pas. On voyait sur son visage que, loin de s'être apaisée, elle s'était décuplée. Il devait trouver cette personne ! Un homme, une femme ? Qui pouvait le savoir ?! Et la faire disparaître. Le plus rapidement possible.

Il fit alors volte face.
Brutalement.

Quelqu'un marchait dans sa direction.
Et Reliel était très nerveux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kenenkuro.forumactif.fr
Tok
Opposant(e)
Opposant(e)
avatar

Nombre de messages : 21
Age : 25
Date d'inscription : 04/05/2009

Carnet de voyage
Age du perso: 29
Profession: Stupide saltimbanque
Statut: Opposant

MessageSujet: Re: Ne jamais se laisser surprendre   Mer 13 Mai - 21:38

Il y avait le canal, ses eaux malpropres et malodorantes. On sentait les poissons pourrissant à la surface et le bruit d’un vent faible dans la nuit éternelle. Et puis il y avait deux hommes. L’un semblait perdu, plus noyé qu’une de ces truites ou de ces perches qui attendent leur heure dans la vase profonde de l’Aanka, plus isolé et tourmenté qu’un moustique cherchant sans répit un point de lumière dans l’ombre coutumière. Il était immobile, son buste retourné, semblant surveiller ses arrières. L’autre… L’autre semblait tenir un panier dont l’anse s’était décollée d’un côté, un panier qui pendait. Et il marchait, s’arrêtant de temps à autres et sifflotant un air. Dans l’ombre, de loin, on ne distinguait rien. Il y avait juste, à la surface de l’eau, un brouillard si dense qu’il illuminait doucement l’Aanka par sa clarté laiteuse.

Passée cette distance, on s’apercevait que le panier n’était autre qu’un luth. La courbure de son manche et l’apparente médiocrité de sa facture ne l’empêchait pas d’émettre une mélodie douce se fondant dans la nuit lorsque son propriétaire le redressait et en pinçait soigneusement les cordes. Le musicien s’approchait de l’autre, il l’avait vu et on devinait à son attitude qu’une discussion allait s’engager. A plus de minuit, le long d’un canal, on ne passe pas devant quelqu’un d’arrêté et tournant en rond sans engager la conversation. Par pour Tok en tout cas…

« Monseigneur, fit une voix douce, doucereuse même, vous avez l’air anxieux, nerveux dirais-je… Désireriez-vous par hasard que mes doigts s’abandonnent sur le manche de mon luth et enchantent votre ouïe d’une quelconque nocturne mélodieuse et suave ? »


Il y eut alors un long silence, et les mains de Tok s’ébranlèrent soudainement, compulsivement, pour aller jouer quelques notes qui semblèrent même faire frissonner et onduler la surface de l’eau.
En fait, c’était juste une goutte d’eau qui venait de tomber et de percer la brume recouvrant la surface. Une pluie chaude commença à tomber lentement. Une de ces pluies de fin d’été sans soleil, sentant les fleurs fanées et les héliotropes ne sachant plus vers où se tourner dès neuf heures passées…

Là… Une gouttelette sembla réveiller l’individu mutique. Il s’était redressé subitement, telle une flammèche se relevant hautaine et vivace après avoir subi l’affront de la chute inattendue d’une larme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rel
Le feu follet
Le feu follet
avatar

Nombre de messages : 130
Age : 28
Localisation : Anywhere
Particularité : Illogique, solitaire, et surtout grand menteur.
Date d'inscription : 07/01/2007

Carnet de voyage
Age du perso: 21 ans
Profession: Informateur/Tueur à ses heures perdues
Statut: Neutre

MessageSujet: Re: Ne jamais se laisser surprendre   Jeu 14 Mai - 4:20

Mutisme, contraction.
De ses muscles, de son visage, de ses mains repliées sur elles-mêmes.

Reliel avait entendu le sifflotement avant de voir l'homme.

Et celui-ci... Sans crainte... Sans se méfier, s'approcha de lui.

La colère sourde qui coulait en Rel faisait briller ses yeux, acérait son regard, aiguisait ses sens. C'est ainsi qu'il se tourna vers l'inconnu qui lui proposait de lui jouer quelques notes. De la musique ? Allons donc, il éclata de rire. Assez intelligent pour comprendre qu'il ferait facilement le dessus si l'autre avait de mauvaises intentions, mais pas stupide au point de le négliger, il l'observa tout en ne pouvant s'arrêter de rire. La situation était si... Cocasse ! Oui, c'était bien le mot.

Rongé par le rire et la colère mêlés, il ne pouvait répondre à l'homme près de lui. Il se tenait devant lui, après s'être légèrement tourné pour lui faire face, une flamme mauvaise au fonds des yeux... Que l'autre remarquerait peut-être s'il prêtait plus d'attention à l'informateur qu'à son luth.

" - Monsieur le gentilhomme, votre luth semble être fort aimable à entendre. Cependant... "

La pluie avait alors commencé à tomber.

Lancinante.
Doucereuse.

Se glissant dans le revers de l'habit de Reliel, et menaçant de le tremper jusqu'aux os en un rien de temps.

" - Cependant, il ne me semble pas qu'une nuit pareille soit propice à pareille occupation, monsieur... ? "

Un troubadour.
Un manant.

En tout point il aurait pu être semblable au feu follet, si celui-ci était musicien.

Mais les gens ne sont jamais ce qu'ils semblent être.

Reliel esquissa alors un sourire narquois.
Narquois, mais loin d'être hostile.
Se ramollirait-il, pauvre hère songeur ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kenenkuro.forumactif.fr
Tok
Opposant(e)
Opposant(e)
avatar

Nombre de messages : 21
Age : 25
Date d'inscription : 04/05/2009

Carnet de voyage
Age du perso: 29
Profession: Stupide saltimbanque
Statut: Opposant

MessageSujet: Re: Ne jamais se laisser surprendre   Ven 15 Mai - 18:46

Il y avait un air hautain, narquois, dans le regard enflammé de l'inconnu. Mais Tok n'y porta guère attention ; il avait remarqué, certes, mais ne s'abaisserait à aucune submission face à quelqu'un qui semblait être de son rang. Au contraire, il voulait faire connaissance avec cet inconnu, peut-être aurait-il quelque argent ou information croustillante à lui soutirer. Il fallait cependant rester respectueux. La nuit apaisait Tok et ses transports. La nuit, il sortait quelquefois pour s'inspirer du silence et de l'obscurité qui lui semblait un peu plus noire que celle du jour.

"Voyez vous, monsieur, la nuit est propice à toute forme d'art. Chaque soir, chaque nuit, le néant est ma muse, il ne se passe pas une soirée sans que le grand Tok, à votre service, ne se promène le long de ce canal si étrange et si simple à la fois."


Le barde ne se rendait pas compte qu'il ne faisait que se gargariser de mots. Il ne s'était pas par exemple rendu compte que les derniers qu'il avait prononcés n'avaient aucun sens. Si étrange et si simple à la fois... Il enchaînait juste des mots, et qu'importe le sens, tant qu'il pouvait paraître poétique.

"Aussi, n'insistons pas pour ce soir, je suis sûr qu'une fois reposé de cet étrange trouble que je vois en vous, vous serez enchanté d'écouter ce luth. Mais éclairez moi... Que fait un homme sans luth, ni flûte, ni tambourin à une heure pareille, et en un tel lieu ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rel
Le feu follet
Le feu follet
avatar

Nombre de messages : 130
Age : 28
Localisation : Anywhere
Particularité : Illogique, solitaire, et surtout grand menteur.
Date d'inscription : 07/01/2007

Carnet de voyage
Age du perso: 21 ans
Profession: Informateur/Tueur à ses heures perdues
Statut: Neutre

MessageSujet: Re: Ne jamais se laisser surprendre   Dim 17 Mai - 20:53

Le grand Tok... Rien que ça.

Et rien que pour ça, Reliel se sentit d'humeur bagarreuse.
Vicieux comme la pluie qui s'infiltrait dans ses vêtements, et faisait dégouliner ses cheveux sur ses épaules.

" - Le seul art que j'agrée, monsieur - il avait bien appuyé sur le mot pour dévaloriser le musicien -, est celui de la rue, du souffle et de l'écume. Le seul art que je n'ai point envie de détruire est celui des flammes et de la mort. De la peine et du trouble. Alors, monsieur Tok, que dites vous d'exercer notre art ensemble ? "

Il rit encore.
Était-il devenu fou ?

Le contraire n'eut pas été étonnant.

Quelques jours à peine avant cette entrevue, il avait appris que la femme qui s'était révélée être son âme soeur, Peaca, avait disparue. Pour cette femme il aurait tué ! Renié le principe même de son existence ! C'était clair, limpide... A tel point que cela le rendait fou, le troublait, le rongeait de l'intérieur. Et très rapidement il avait su que Neiji la retenait prisonnière en son sein, dans ces souterrains humides et faiblement éclairés qui menaient au château du Seigneur Noir.

Et très vite, il avait compris.
Le doute n'était pas possible n'est ce pas ?

Peaca la maléfique, voilà quel était son nom à Nonaï. A Nekaï même ! Sa réputation était devenue celle d'une femme dure, dangereuse et impitoyable. Les gens la craignaient, et le Seigneur Noir tenait sa nièce, la Veuve Noire, pour responsable d'agissements nocturnes anormaux et anormalement indiscrets.

La maléfique...
Le jeune homme n'y croyait pas une seconde.

Et cette lettre qu'il venait de recevoir avait de nouveau changé la donne...

Jusqu'où son monde se délabrerait-il ?!

Ainsi, les poings serrés, la mâchoire contractée, il tournait autour de Tok.
Tok l'imprudent. Tok tombé au mauvais moment.
Quoique n'importe qui, serait tombé au mauvais moment....

Il distillait une rage qu'il ne contenait plus au creux des oreilles du manant.

" - Alors, monsieur Tok... répéta-il, que diriez vous de jouer à mes oreilles une mélodie telle qu'elle couvrirait, peut-être, le bruit de mes poings contre l'asphalte de votre visage ? Que diriez vous de danser avec moi sans luth, ni flûte, ni tambourin ? "

Il se glissa derrière lui.
Souriant étrangement au musicien.

Il ne contrôlait plus le feu qui brûlait littéralement en lui, et qui aurait pu, d'un instant à l'autre, tout détruire sur son passage... Annihiler la vie, et réveiller le monstre qui dormait en l'élu du feu depuis des années. N'attendant qu'une chose pour faire surface ! Qui mettait en danger Tok, et manipulait Rel pris dans son tourbillon de rage et d'émotion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kenenkuro.forumactif.fr
Gabriel de Sarments
Partisan(e)
Partisan(e)
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 35
Date d'inscription : 21/04/2009

Carnet de voyage
Age du perso: 31 années
Profession: Investigateur
Statut: Partisan

MessageSujet: Re: Ne jamais se laisser surprendre   Lun 18 Mai - 20:12

"Holà, gentilhommes !"

Ce n'était pas tout à fait par hasard que Gabriel de Sarments arpentait le canal en solitaire. Son regard en avait jusqu'alors soulevé chaque pavé et fendu toute l'onde à la recherche de quelque chose... ou de quelqu'un. A la vérité, lui-même n'était pas certain de l'objet de sa venue. Si c'était bien la première fois qu'il gagnait le canal et s'y promenait pour un motif tout à fait professionnel, il craignait -probablement par ego- que sa réputation ne l'y eût précédé.

Quelles étaient alors les chances qu'il tombât nez à nez avec lui à ce moment précis ? Oh, bien sûr, il n'était pas seul. Un homme aussi *remarquable* se devait d'être accompagné en toute circonstance. Seulement, la situation ne se prêtait apparemment guère à une discussion civilisée. On eût dit au contraire qu'il allait y avoir du vilain. Derrière le barde à la langue bien pendue se tenait un jeune homme, presque un adolescent, dont le regard menaçant ne laissait aucun doute quant à ses intentions hostiles. Mais ce qui frappait avant tout était cette impression de clarté qui nimbait sa silhouette. *Comme si se reflétait sur lui la lumière pâle et ténue des lanternes du canal*.

C'est ainsi que, sans avoir la moindre idée d'où cela allait le mener, Gabriel interpela les deux jeunes hommes, de crainte de voir sa cible mise à mal s'il n'intervenait pas en sa faveur. Ironique, mais courant dans le métier. On reconnaît le contact précieux à sa faculté de s'attirer des ennuis. *Alors il me faut croire que celui-ci est d'une valeur sans égal qui vaut bien tout le risque que je puis encourir ici.* La sensation insidieuse d'avoir sous-estimé l'alerte que sonnait sa propre intuition lui fit toutefois porter la main au pommeau de sa rapière.

"Quelle discorde as-tu encore semée, aimable ménestrel, pour que cet enfant comme tout ceux que tu croises semble à ce point courroucé ? (Vers Rel) Stoppez net, je vous en conjure. Car si je ne puis présumer de votre légitimité à léser cet homme, je ne puis non plus me résoudre à vous le laisser abattre, car envers moi comme envers d'autres il se peut qu'il ait encore quelque dette ou service à honorer."


Dernière édition par Gabriel de Sarments le Lun 25 Mai - 21:47, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tok
Opposant(e)
Opposant(e)
avatar

Nombre de messages : 21
Age : 25
Date d'inscription : 04/05/2009

Carnet de voyage
Age du perso: 29
Profession: Stupide saltimbanque
Statut: Opposant

MessageSujet: Re: Ne jamais se laisser surprendre   Lun 18 Mai - 22:25

Tous semblèrent surpris. L’aimable ménestrel s’outragea d’entendre pareilles sottises ; pour lui, le « quelle discorde as-tu encore semée » était de trop… Il ne supportait pas qu’on le traite d’une telle manière… Tok n’avait besoin de personne. Du moins, c’était ce qu’il allait laisser entendre, tout en acceptant subtilement l’aide bienvenue du noble. Car la situation dans laquelle il se trouvait avant l’intrusion de Gabriel de Sarments le mettait mal à l’aise. Cette fois, il croyait bien que Rel allait mettre un terme à son errance nocturne dans le sang, et ses cris n’auraient su se couvrir des quelques notes qu’il aurait tenté de jouer en réponse aux coups furieux de l’élu déchaîné.

« Enfin, enfin, noble seigneur ! Ne voyez-vous donc pas que cet homme m’amuse ? J’allais justement lui proposer de faire quelques pas en ma compagnie. En effet, il me paraît bien préoccupé, et si mes mélodies ne savent pas résoudre ses maux, mes mots peuvent sans doute y faire ! Mais enfin, puisque vous m’en offrirez sans doute l’honneur, ne titillez plus ainsi votre lame, et acceptez mes présentations, à moins que vous ne me connaissiez déjà… Vous échangerez bien quelque mots avec nous ? Si monsieur veut bien oublier son ressentiment injustifié… »

C’était réglé, il n’avait pas l’impression d’avoir paru lâche. Il s’était dépêtré en une pirouette de veulerie. Et maintenant, il pensait paraître imposant et maîtrisant la situation aux yeux des deux hommes. Et puis, il était à son habitude devenu sardonique. Ce sentiment de sécurité qu’il avait ressenti lors de l’arrivée impromptue de Gabriel lui avait permis cette insolence vis à vis de Rel.

« L’humble Tok finira par se demander s’il ne s’est pas trompé sur l’heure… Il me semble être minuit passé, et trois hommes se retrouvent ensemble au bord d’un canal… Dont deux hommes, je le rappelle, sans luth, ni flûte, ni tambourin… Cher gentilhomme, que faites vous donc ici à une telle heure ? La question n’est pas trop indiscrète, je l’espère ? Avez vous affaire à faire avec l’un de nous deux ? Vous désirez sans doute que je vous compose un chez d’œuvre ?! Allons, votre visage me paraît sympathique ! Je vous dédicacerai une ballade gracieusement, pourvu que vous avertissiez votre entourage de mon talent indiscutable… »

Crétin… Pour changer… Crétin.
Sa langue était bien pendue et il était décidément ce crétin de Poltepieds. Mais il se rassurait : à ses yeux, de Sarments était un autre imbécile qu’il avait embobiné, et dont il s’était servi.
Nigaud. C’était bien la vision qu’il avait du noble… Mais ce dernier n’était certainement pas ce qu’il pensait, et il avait sans doute un rôle plus important à jouer, ce qui échappait aux yeux perfides du barde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rel
Le feu follet
Le feu follet
avatar

Nombre de messages : 130
Age : 28
Localisation : Anywhere
Particularité : Illogique, solitaire, et surtout grand menteur.
Date d'inscription : 07/01/2007

Carnet de voyage
Age du perso: 21 ans
Profession: Informateur/Tueur à ses heures perdues
Statut: Neutre

MessageSujet: Re: Ne jamais se laisser surprendre   Lun 25 Mai - 20:18

Pique était légèrement en train de péter un câble…

"Holà, gentilhommes !"

Il se calma net.
Comme si rien ne s’était jamais passé.

Il écouta la diatribe du nouveau venu, avant de sourire à ses mielleuses paroles.
Et se tourna alors vers lui, reprenant contenance, et retrouvant un sourire plus que factice.

Et malgré tout essoufflé comme s’il venait de courir sur des kilomètres…

« - Gabriel de Sarments… Honoré de faire votre connaissance, dit-il sur un ton légèrement ironique en le saluant de la tête. » En effet, l’informateur avait déjà eu l’occasion de surveiller le redoutable investigateur. Cet homme n’était ni franchement à craindre, ni forcément à laisser de côté. Il avait déjà rendu service au Seigneur Noir et sa ténacité en avait déjà découragé plus d’un.

Mieux valait éviter de lui laisser comprendre que Rel pouvait être un spécimen intéressant.
Tout en sous-entendant qu’il en savait plus sur lui, que l’inverse.
Rel tenait à sa tranquillité.

« - Oh, ne soyez pas surpris, nous avons le même… Employeur. »

Rel regardait toujours ses interlocuteurs dans les yeux lorsqu'il leur parlaient.
C'était le cas en cet instant.

Un qui allait être étonné, ce serait le troubadour.

Qu’entendait Rel par cette affirmation ?
Etait-il rebelle ?
Au service de Neiji ?
Un simple colporteur ?


Voilà sans doute les premières questions qu'il se poserait.
S'il avait plus de jugeotte qu'il ne le paraissait.

Il n’y avait plus qu’à voir sa réaction, et ainsi Reliel saurait à quoi s’en tenir avec le ménestrel.

Il ignora délibérément sa provocation, plus intéressé par le dialogue et la collecte d’information. Malgré un haussement de sourcil amusé, ainsi qu'un regard plus qu'éloquent en sa direction. Inquiétant. Le jeune homme était redevenu le fin limier qu’il était. Oubliées ses précédentes préoccupations… Il ne tenait pas à se mettre réellement dans une situation délicate. Le lunatique Rel était redevenu Pique de Lune l’informateur, sans que ses vis-à-vis ne puissent se rendre compte quel avait été le cheminement qui avait motivé le changement d’attitude de « l’enfant ».

Il laissa leur entrevue suivre son cours, surveillant d'un oeil la main de Gabriel... Toujours sur sa rapière.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kenenkuro.forumactif.fr
Gabriel de Sarments
Partisan(e)
Partisan(e)
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 35
Date d'inscription : 21/04/2009

Carnet de voyage
Age du perso: 31 années
Profession: Investigateur
Statut: Partisan

MessageSujet: Re: Ne jamais se laisser surprendre   Mar 26 Mai - 15:47

Gabriel fut en premier lieu soulagé de la réaction cordiale des deux individus. Ses doigts glissèrent du pommeau à son chapeau noir, qu'il souleva en signe de remerciement. Il trouva cependant une coloration bien différente à leurs réactions respectives.

Le premier, cet aimable Tok et objet de son intérêt immédiat, lui avait servi une soupe verbeuse qui corroborait convenablement l'image qu'il s'était faite de ce personnage singulier. *Un de ces beaux-parleurs aussi habiles pour ce qui est de se tirer du pétrin que pour ce qui est de s'y jeter.* Son visage emprunta pour lui répondre toute l'affabilité qu'il pouvait exprimer.

"Voilà donc ce maître Tok dont toutes les ruelles d'ici jusqu'à Comedia paraissent chanter le nom. Vous me voyez honoré de faire enfin votre connaissance. La raison de ma présence céans ne saurait se ceindre d'aucun mystère. C'est justement sur vos pas, du moins le crus-je, que les miens parcouraient ce quai. Mais je ne me prétendrais pas aussi expert en l'art la filature que vous ne semblez l'être en celui de vous faire remarquer."

*Peut-être parlé-je un peu trop, moi aussi.*
Gabriel offrit un regard plus inexpressif au second jeune homme. Qu'il connût son identité ne devait pas le surprendre, puisque lui-même avait craint cette possiblité. Il est pourtant toujours difficile pour un agent de reconnaître qu'un tiers en sait plus sur lui que la réciproque. Il lui fallut un temps de réflexion non négligeable pour trouver réplique adéquate. Trop longtemps en tout cas pour qu'on ne pensât pas qu'il avait été pris au dépourvu par l'inconnu encore essoufflé. Le regard de ce dernier était dur et reflétait un éclat particulier. *Une sorte de détermination que les mots ne suffiraient pas à déstabiliser.*

Vers Rel : "J'espère ne pas vous faire insulte en vous priant de vous présenter, sir, car comme vous le constatez, vous avez sur moi un avantage certain qu'il me tarde de combler."
Puis s'adressant au deux hommes : "J'ignore si le temps vous presse ou si vous vous en êtes rendus maîtres. Dans ce dernier cas, accepteriez-vous, monsieur Tok, que nous trouvions refuge dans une auberge proche afin de discuter des affaires qui m'ammènent ? Vous pourrez, cela me semble juste, y jouer à loisir de tout instrument qui trouve grâce à vos yeux."


Il sourit lui-même de cette fausse allusion. Pour ne pas se montrer mauvais hôte, il convia également Rel -sans pouvoir le nommer. Il craignait fort le refus de ce dernier, car il se pouvait qu'il en sût beaucoup plus que ce que ses maigres paroles ne le laissaient paraître. Mais qu'importe qu'il dût utiliser la violence, seul s'il le fallait, cet humble monsieur Tok le suivrait.


Dernière édition par Gabriel de Sarments le Mer 27 Mai - 11:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tok
Opposant(e)
Opposant(e)
avatar

Nombre de messages : 21
Age : 25
Date d'inscription : 04/05/2009

Carnet de voyage
Age du perso: 29
Profession: Stupide saltimbanque
Statut: Opposant

MessageSujet: Re: Ne jamais se laisser surprendre   Mar 26 Mai - 21:51

Tok était ravi. Rel avait changé de couleur. Sa colère auparavant tellement visible s’était métamorphosée en un calme plat et une indifférence quasi totale. Et en plus de ça, il avait reçu un compliment. Alors c’était donc vrai… Tous, de Nonaï à Nekaï louaient Tok. Le barde se voyait déjà poursuivi par une foule en délire au milieu de la place Comédia, obligé de se percher en haut de la potence pour pouvoir respirer. Les fleurs pleuvaient sur ses cheveux, les humectant d’une douce odeur de printemps. Là, Tok arrêta un instant son rêve, perplexe. De Sarments semblait avoir reposé son couvre chef, et l’élu du feu, lui, était toujours… de glace. Un printemps sans soleil n’était pas un printemps. Les fleurs, quand elles poussaient, n’avaient pas d’odeur, et aucune joie ne pouvait s’échapper de leurs couleurs finalement sombres.
Il reprit son rêve au début. Le trouvère se voyait déjà poursuivi par une foule en délire au beau milieu de la place Comédia, forcé à se percher tant bien que mal en haut de la potence pour pouvoir continuer à respirer. Les cris intenses de la populace le mettaient dans un état d’euphorie totale. Et un appel crescendo s’élevait au-dessus de cette masse colorée, faite de pauvres bougres pleins d’alcool et de riches aristocrates, dont les fragrances diverses et souvent fortes lui inspiraient les préludes musicaux qu’il avait composés durant son adolescence. Ces fugues dont il avait le secret… Il avait soudain l’idée d’improviser sur l’une d’entre elles à partir de ses quelques souvenirs. Il saisissait sa flûte, et dès lors, la puissance sonore des cris des gens diminuait lentement. Piano, piano piano, pianissimo. A ses oreilles, seules les notes saccadées et rapides résonnaient. Au final, il sautait de son perchoir puis courait jusque son appartement, où il s’enfermait à double tour, puis s’endormait doucement, bercé par les cris résonnant encore au creux de ses pavillons.
Il revint à ses esprits. Il fallait accepter l’invitation mais rester prudent, Tok tombait souvent dans les pièges même les plus mal pensés. Il s’en était rendu compte et s’était promis de faire quelque chose pour l’éviter.

« Certes, passons faire un tour au Lord Bar, si l’endroit ne paraît pas trop mal famé pour quelqu’un de votre rang. A vrai dire, j’y ai déjà rencontré un gam… un seigneur. Et Maël, la charmante serveuse, nous préparera l’un de ses délicieux chocolats... Vous savez, j’aime le chocolat chaud… Oui ! Oui ! Je l’adore ! Je déteste par contre cet atroce liquide puant qu’on appelle alcool… Ce n’est qu’un parfum de mauvaise qualité pour les marins dégénérés… Vous savez, ces rustres fétides, fréquentant les filles publiques, jour et nuit, et engendrant une progéni… Mais… Oh… La fatigue m’envahit soudain… »

Il feint un évanouissement contenu, s’appuyant sur son luth qui fit un bruit lourd en heurtant le sol. Tok ne voulait pas rester un instant de plus en présence de Rel. Il était dangereux. Le musicien pensa qu’en remettant l’entrevue à un autre jour, de Sarments oublierait sûrement de réinviter l’élu. Tentant alors sa chance, et espérant s’éviter une seconde entrevue trop hâtive avec Pique de Lune, il ajouta :

« Si je puis me permettre et sans vouloir brusquer sa seigneurie, je propose de remettre cette entrevue à demain soir. La nuit me remettra de cette épuisante journée où les unes m’ont conté fleurette et les autres supplié de leur écrire une chansonnette… Alors, va pour demain soir ? Au Lord Bar ? »

En fait, Tok se doutait bien que Gabriel allait réinviter Rel. Mais peu importait, tant qu’il ne se retrouvait pas nez à nez avec lui, seul, et sans la sécurité que le noble enquêteur lui garantissait. Enfin, si de Sarments refusait de remettre le rendez-vous, Tok aviserait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Owen
Globule gazeux de poche

avatar

Nombre de messages : 1947
Localisation : Partout, et surtout aux endroits les plus improbables.
Particularité : Sale gosse ?
Date d'inscription : 06/01/2007

Carnet de voyage
Age du perso: A jamais nouveau né
Profession: Boule Gazeuze
Statut: Créature immatérielle

MessageSujet: Re: Ne jamais se laisser surprendre   Sam 20 Juin - 22:56

Note administrative :

En raison de l'absence de Rel, n'hésitez pas à vous rendre au Lord Bar sans attendre celui-ci.
Faites simplement en sorte de dire qu'il parti avant votre arrivée dans le bar, et continuez à deux.
Merci de votre compréhension !

_________________
Parmi vous je ne suis qu'une ombre, mais ma voix est sans appel.

Pas de message privé sur ce compte, la messagerie n'est pas consultée.
Contact Kenen = Peaca Mortalis
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kenenkuro.forumactif.fr/
Gabriel de Sarments
Partisan(e)
Partisan(e)
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 35
Date d'inscription : 21/04/2009

Carnet de voyage
Age du perso: 31 années
Profession: Investigateur
Statut: Partisan

MessageSujet: Re: Ne jamais se laisser surprendre   Jeu 25 Juin - 14:52

Il lui fallait admettre que ce Tok lui causerait peut-être plus de soucis que prévu. Peut-être pas à cause de sa sagacité mais sans doute à cause du caractère insaisissable de sa personnalité d'excentrique. Oh, mais des excentriques, il en avait connu d'autres. Il avait appris durant sa longue expérience militaire à ne plus craindre aveuglément ce qu'il ne comprenait pas. Après tout, la méfiance pourrait partir en retraite s'il fallait qu'on s'effrayât de tout.

Mais tout de même... Que pouvait-il bien penser, ce ménestrel dont le visage traversait par son expression aussi bien le contentement que la lassitude en passant par l'extase, alors que quelques secondes à peine s'étaient écoulées ? Et à quoi jouait-il, cet adolescent mutique dont les yeux glacials aux aguets épiaient la moindre de ses attitudes ?

*Eh bien, mon invitation ne semble pas trouver écho favorable dans leur traits.* Non qu'il en fût surpris, bien entendu. Mais l'absence de réponse du second n'était peut-être pas si mauvais signe. Il se trouverait sans aucun doute plus à l'aise s'il était seul avec sa cible, et cela lui faisait une raison d'insister malgré le refus apparent de Tok. Ce dernier allait le suivre, et peu importe qu'il fallût retourner à Comedia s'il parvenait à ses fins.

"Messieurs, je sens bien que vous apprécieriez de rester maître de votre soirée. En revanche, n'étant moi-même jamais propriétaire des miennes propres, il me faut insister sur l'exception de cette présente occasion. Je vous serai redevable, monsieur Tok, si vous consentez à m'accorder cette entrevue ce soir-même et non le suivant."

Il fallait qu'il accepte. Sinon tant pis. Il ferait usage de violence, comme cela arrivait si souvent. Employer la force est souvent déplaisant mais pas toujours moins efficace. La plume surpasse l'épée tant qu'il s'agit d'écrire sur du papier. Pour le reste...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tok
Opposant(e)
Opposant(e)
avatar

Nombre de messages : 21
Age : 25
Date d'inscription : 04/05/2009

Carnet de voyage
Age du perso: 29
Profession: Stupide saltimbanque
Statut: Opposant

MessageSujet: Re: Ne jamais se laisser surprendre   Mar 30 Juin - 12:25

Tok se sentait confus. De Sarments venait de lui refuser une faveur. Ou peut-être avait-il décelé son mensonge... Quand cette idée lui vint à l'esprit, la confusion se transforma en une terrible frustration. Il était alors un très mauvais acteur...

*Allons, allons, fier Tok, rends-toi à l'évidence... Nul ne peut maîtriser tous les arts et être aimé de toutes les muses...*

Le musicien pensa qu'il valait mieux accepter sur le champ ; il avait décelé une flamme dans les yeux du noble homme. Une flamme noire d'animosité, un éclair plutôt. Cela n'avait duré qu'un instant puis Gabriel de Sarments lui avait à nouveau inspiré de la sympathie. Et puis, refuser de repousser de quelques heures un rendez-vous de cette manière n'avait que très peu de chances de trahir de bonnes intentions... Il fallait à présent se méfier, quoi qu'il arrive... Tok avait appris au fil du temps à ne faire entière confiance à personne d'autre qu'à lui même. Se méfier sans montrer ses doutes.

Tok, pensif, descendit rapidement une gamme de mi mineur en y incluant admirablement un fa tranchant avec la juste monotonie de celle-ci. L'intrus sembla grincer aux oreilles de ses interlocuteurs, comme les paroles de de Sarments avaient grincé aux siennes.

"Fort bien, je soulagerai ma fatigue terrible demain... En attendant, veuillez informer l'humble Tok de votre requête... si pressante..."

Le teint du barde commençait à pâlir et ses traits se creusaient. Il s'irritait et la peur commençait lentement à l'envahir, empoisonnant doucement ses pensées confuses et les entremêlant à n'y plus rien comprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ne jamais se laisser surprendre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne jamais se laisser surprendre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kenen Kuro :: La capitale aux deux visages : Nonaï et Nekai. :: Solemn Hour :: Les berges de l'Aanka-
Sauter vers: