AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le prix des générations passées - La Chute -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Peaca Mortalis
Mère Thérésa inavouée
Mère Thérésa inavouée
avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 27
Localisation : Sûrement déguisée à l'abord d'un lieu digne de curiosité.
Particularité : Belle, si Belle et pourtant si froide.
Date d'inscription : 16/12/2007

Carnet de voyage
Age du perso: 25 ans
Profession: Seigneur d’une des provinces de Fend
Statut: Neutre

MessageSujet: Le prix des générations passées - La Chute -   Ven 7 Nov - 1:20

Alma veux-tu y aller doucement sur mes cheveux ?
Tu vas tous me les arracher si tu continues à ce rythme là. Ce n’est quand même pas trop dur ! Rappel moi juste une chose ? Pourquoi je dois porter cette robe de bal pour ce soir ? Il n’y a pas de banquet ou de buffet, ou même de festivité à Mortalis, ce n’est pas un jour férié ni même le jour des moissons. Alors pourquoi dois-je me faire belle ? A cette heure là j’aurais préféré être dans mon lit en train de dormir ! Car me lever aux aurores me met de mauvais poil. Cela dit je suis reposée, j’ai eu ma vengeance


Dans une pièce sombre, la chambre même de celle qui fut la jeune femme rayonnante, fierté des Mortalis. Ca c’est le lieu de l’enlèvement. L’aurore, encore victime de la froideur de la nuit, toujours prisonnière de ce noir qui remplace le jour, masquant le soleil d’un sombre nuage. Pourtant ce matin là Peaca est sure de voir la lumière orangée de ses rayons baigner sa chambre à cette heure précise. Ca c’est le temps de l’enlèvement. Alma comme à son habitude brosse les cheveux de sa maitresse. Peaca sent une autre présence, un regard qui pèse sur elle ce matin là. De temps en temps, dans le miroir, la jeune femme a l’impression de voir une ombre derrière elle, mais chaque fois qu’elle se retourne, rien du tout. Est-ce le remords ou Azarel, qui hante chacune de ses pensées ? La jeune Mortalis se perd dans ses pensées, elle est engourdie, comme paralysée, un signe du destin qui aurait du lui mettre la puce à l’oreille. Voici les protagonistes et le contexte de l’enlèvement.

D’où vient cette robe Alma ? Je n’ai pas le souvenir de l’avoir déjà mise. Ni même le souvenir d’avoir un jour aimé les voilettes noires intenses. En tout cas sache que je suis flattée de cette attention, c’est justement ma taille au millimètre près.

Et le regard d’une jeune femme n’est pas critique, lorsqu’une tenue aussi classieuse et bizarrement parfaitement faite pour elle lui est présentée. Peaca se sentait néanmoins les caractéristiques d’une mariée funèbre à l’intérieur de cette robe. De longs gants noirs venaient recouvrir la majeure partie de ses bras et la couronne de Mortalis avait été retravaillée dans un ton plus noir et agressif. L’épouse du diable, voilà comment Peaca se sentait. Lorsque la jeune femme se tourna une ultime fois en sentant de nouveau la présence de l’ombre, ce fut avec surprise que la jeune Mortalis tomba nez à nez avec une femme qui n’avait rien de familier.

Ah ! A l’aide ! Mais qui êtes vous ? Comment êtes-vous entrée ? Alma !

Et la femme en face d’elle la fixa, parée d’un large et diabolique sourire. Ce n’était plus la mama Portugaise, du moins elle n’en avait plus les traits.

-Mais ma pauvre petite, je suis Alma.

Peaca était peut être innocente, mais loin d’être stupide. La jeune Mortalis se précipita vers un des murs de sa chambre, tirant une épée de son fourreau. La vibration de la lame raisonna un instant dans le vent. Qu’importe ce qui allait suivre, ce ne serait pas le résultat d’une complète lâcheté ! Peaca se serait battue, pour l’honneur de ses armoiries !

Comment as-tu osé me mentir pendant tout ce temps ? Depuis mon plus jeune âge tu es tout pour moi, tout mais ce n’était qu’une approche n’est ce pas ? Tout ce que tu voulais, en réalité, c’était gagner ma confiance pour me tuer ensuite ? Bravo ! Quelle ingéniosité de me vêtir de noir ! Mais une fois que je serai morte, comment justifieras-tu mes blessures ?

La drôle de femme en face d’elle, visiblement la véritable Alma, avait une silhouette élancée et parfaitement svelte, tout pour plaire à l’évidence. Une longue chevelure brune et envoûtante, des yeux profond et aguicheur. Des lèvres aussi rouges que le sang. Alma prend la parole, tirant elle aussi une épée.

-Oh mais je ne suis pas là pour te tuer ma petite Peaca. Je t’aime tant désormais. Et je suis si fière à l’idée qu’enfin …Je vais te marier !

Le cœur de la douce se met alors à battre trop vite, il s’obscurcit, se désintègre au fur et à mesure qu’il brûle et qu’il est envahi par la haine.

Pourquoi ? Pourquoi ce fardeau me tombe dessus aujourd’hui ? De quel démon vais-je encore devoir être l’épouse ? Est-ce le diable, ou sa dévouée faucheuse ? Alma, si tu m’aimes, pourquoi m’as-tu trahies ? Pourquoi ne pas me laisser une chance de choisir moi-même, une fois dans ma vie ?

Et la réponse était bien entendu prévisible.

-Parce qu’il y a des vieilles histoires dont il est tant que prennes connaissance, ma chère enfant.

Peaca s’élança alors dans le vent, magnant son arme avec finesse et grâce, tel un chevalier, parfait héritier d’un seigneur. C’était Pangloss, alors que Peaca était adolescente, qui avait jugé bon de lui enseigner l’art de l’épée et de la lutte. Visiblement il avait bien anticipé les besoins futur d’une Mortalis digne de ce nom. Mais si durant tout ce temps Peaca avait su se battre, pourquoi avait-elle eu besoin de se faire protéger par tant de gens ?

Il y a des choses que tu devrais apprendre sur moi, toi aussi.

_________________

- Je crainds le fou qui de mon regard - N'oubliez pas de voter pour nous ICI- "La Veuve Noire a encore frappé" -
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alma Piniata Pecolada
Flatulence portugaise clignotante
Flatulence portugaise clignotante
avatar

Nombre de messages : 19
Age : 27
Localisation : Non loin de celle qui empoisonne de son regard envoûtant ...
Particularité : Inexistante ...
Date d'inscription : 29/12/2007

Carnet de voyage
Age du perso: Autant que lui m'en a accordé ...
Profession: Nourrice démoniaque infiltrée.
Statut:

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Sam 15 Nov - 17:53

Voilà qui est délicieux mon enfant ! Qui donc t'a appris ces choses ? Enril ? Pangloss ? Lequel ? Tu devrais savoir qu'ici c'est le mal qui règne.

Grincement de fer, crissement d'épées qui se frottent avec force dans des chocs à chaque fois plus bruyant les uns que les autres, trop fin pourtant pour alerter qui que ce soit dans les environs. Alma n'avais pas imaginé un seul instant qu'elle devrait se battre contre cette petite peste pour l'embarquer avec elle. En vue de sa fragilité de petite fille rêveuse et niaise, la créature de Neiji libérait du fond de ses entrailles un rire depuis si longtemps contenu, diabolique, froid, illustrant la brutalité de chacun de ses coups. Mais le croque-mitaine cessa bien vite de rire lorsque la jeune femme lui égratigna la joue. La jolie femme qu'était à présent Alma passa ses doigts longs et crochus contre sa joue, effleurant sa plaie avec une certaine démence.

Comment as-tu osé ? Si tu n'étais pas si précieuse je t'aurais depuis longtemps arraché la tête petite garce ! Par chance papa n'est plus là désormais, c'est moi qui décide quand tu vas au coin !

Et la riposte fut douloureuse, Alma s'empressa de désarmer la jolie princesse de Mortalis avant de lui retourner un coup de poing, le manche de l'épée cognant contre le beau visage de la jeunette, assurant à la demoiselle un bleu qui lui rappellerait longtemps l'ascendance qu'avait eu Alma durant ce round. Le croque-mitaine se délecta alors d'assommer la jeune Mortalis, la regardant tomber au sol.

Et comme si ce n'était pas suffisant de devoir te battre avec autant d'aisance, je vais devoir te porter, "Mademoiselle Causette".

La servante du seigneur du mal se pencha pour ramasser le corps de sa protégée et le releva pour le mettre, en position sac à patate, sur son épaule. Tout en sifflant la créature s'aventura dans les couloirs, renvoyant à leur tâche tous les servants qui aurait pu s'interposer entre elle et le destin de sa petite Peaca.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eva Doe
Timbrée de la guirlande !
Timbrée de la guirlande !
avatar

Nombre de messages : 87
Age : 27
Date d'inscription : 12/09/2008

Carnet de voyage
Age du perso: 19 ans
Profession: Apprentie de la vie
Statut: Elu

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Jeu 20 Nov - 0:16

Découvrez James Newton Howard!
... Âmes sensibles s'abstenir ...

Un petit songe, un petit rien.
A travers le calme et la sérénité du soleil levant, les premiers rayons du ciel éclairant les magnifiques terres de Mortalis. Tout le monde s'éveille tranquillement sans se soucier d'autre chose que du petit déjeuner. Il aurait pu en être ici. La nuit éternelle avait déjà aveuglé le monde depuis belle lurette, le soleil n'apparaîtrait pas ce matin là, comme tous les autres depuis des mois, des années ? Plus personne ne le savait vraiment, hélas. Cela dit le calme lui est bien là, la plume qui vole, planant, se laissant tomber délicatement à la surface de l'eau la plus clair du monde. Oui fermez les yeux, laissez vous emporter, entendez ce vent et sa mélodie, cette paix qui règne ce matin là, privé de soleil. Les grenouilles croassent sur un petit étang à la lisière des bois, quelques petites lucioles se donne en spectacle et de toute part le monde est féerique tout à coup. C'est dans ce contexte qu'elle est apparue, la jeune blonde au regard luisant. Imaginez à présent l'être le plus pur qui soit, le plus léger et son regard d'enfant qui se pose sur le monde qui l'entoure, Eva se demande si elle rêve, si ces lieux sont aussi magiques qu'elle les voit. La jeune femme n'a pas encore totalement reprit sa consistance, de légère rafales de vent tourbillonnent encore autour de certains de ses membres. Imaginez la en train de se faire bercer par cet air pur qui l'entraîne, telle la plume vers un lieu qui était aussi beau, même éclairé par la lune à la place du soleil. Eva déplace lentement les fourrés à la recherche d'une nouvelle beauté à découvrir, chaque arbre, chaque élément de ce décor ancestrale respire le merveilleux. Les branches des arbres danses au contact des rafales chaudes qui les effleurent, les feuilles volent, se détachant de leur socle pour se laisser aller à cette liberté sans faille qui est aussi celle de l'enfant de l'air. Les bois scintillent sous les rayons de la Lune, magnifiques, les fourrés semblent se déplacer sur le chemin de l'élue, l'entraînant sur un sentier. Que serait un compte sans quelques animaux ? Une biche blanche et son petit faon surprennent Eva qui aboutie enfin à son périple. Tout à coup, à nouveau à la lisière des bois, Eva voit un champ de fleur s'étendre à perte de vue sur la colline. Alors qu'elle pénètre à l'intérieur, leur essence s'envole, belles de nuits sous l'éclat d'argent. Qui a eu vent de la beauté de ces lieux ? Même dans ce monde ravagé, Mortalis est un coin de paradis et justement, Eva espère y retrouver son ange. Comment, pourrait elle oublier son visage ? Cette peau claire, contrastant avec des lèvres si rouges, presque violacées, ce visage qui s'éclairait davantage de son regard verdoyant. Ces fleurs, ou son ange, c'était les mêmes ! Eva entendez leur appel, sans imaginer un seul instant que le plus beau, le plus magique était à venir ...

Une dernière étape, l'ultime étape du voyage. Eva hésite à écarter deux des immenses haies de la rangée qui s'impose à elle. Si elle était au paradis, aurait elle seulement envi de souiller de ses mains ensanglantées un jardin aussi magistral ? L'Eden s'était-il réellement ouvert à elle, ou encore une fois, venait-elle de violer un sanctuaire qui s'était appliqué à la rejeter depuis toujours ? Non, Eva sentait ce lien avec ces lieux, ces voix qui lui disaient dans sa tête qu'elle devait être ici, à ce moment précis. C'est alors que la jeune femme réalisa que c'était sûrement un don du ciel, elle réalisa qu'elle n'avait jamais pensé à lever les yeux, dans la pénombre de sa ville dépravée. Et pour l'une des premières fois, Eva commença à lever le visage. La pression que cela exigea de son coup la fit quelque peu souffrir mais elle était déterminée à se plonger dans la splendeur de l'éternité. C'est alors que ses yeux miroitèrent enfin la splendeur des éléments à leur juste valeur. Dans le ciel, énorme couche d'air, les étoiles scintillaient toutes, comme les lucioles au dessus de l'étang. Eva se sentit alors plus légère encore, vaguement, doucement, ses pieds perdirent le contact avec le sol, un petit tourbillon la fit s'élever, tournoyer délicatement, entourée de l'essence parfumée des belles de nuits, plus belles que jamais. Inspirant profondément, Eva se laissa porte plus haut encore, jusqu'à ce que, sans qu'elle ne s'en aperçoive, la jeune femme se retrouve au dessus des haies, de l'autre côté. Les yeux d'Eva, tels des diamants revinrent alors sur la terre. Face à ce spectacle des plus formidable, la jeune femme ne put retenir la larme qui coula le long de sa joue. Pendant toute sa vie elle avait été privée de la sérénité de ces lieux, elle en avait été séparée, Evy le sentait comme elle respirait. C'était là qu'était sa place. Le centre de tous les vents. Le magnifique château de Mortalis lui été apparu. Chaque pierre blanche qui constituait l'édifice était encore plus belle sous l'éclat de la lune, presque argentée, comme les vitres. Les cheveux de la jeune femme avaient peu à peu pris la même couleur, de même que son regard, plus profond et plus cristallisé que jamais.


Je connais cet endroit ...

Murmura Eva. Elle pénétrait dans l'enceinte de l'immense forteresse, admirant timidement les murs et les fenêtres. Un peu perdue, la jeune femme avait tendance à se réfugier auprès des massifs de fleurs, se rassurant du contact tactile qu'elle entretenait avec leur douceur, comme si ... Comme elle avait déjà fait cela, comme si ces fleurs, ces belles de nuits, c'était comme dans un souvenir en temps réel. Mais un souvenir de quoi ? Le temps lui disait qu'elle n'était jamais venue ici, même si le vent, et donc son coeur, lui disait tout l'inverse ! A qui devait-elle faire confiance ?

Je suis perdue, si perdue, alors que pourtant, je suis près de la lumière ici ...

Et un cri perçant retentit alors, brisant le silence aussi soudainement. Une armada de bonniches se mirent à courir en tous sens, les bras en l'air, criant au voleur et d'après ce que pu comprendre Evy, une personne avait été enlevée. Une crainte resserra alors son coeur. Et si c'était son ange ? Et si, alors qu'elle était enfin si près du but, on lui avait retiré la seule et unique personne qui, le croyait-elle, pourrait lui apporter des réponses sur tout cela ? Eva disparut alors dans un souffle avant de réapparaître dans le lieu duquel tout le monde venait d'accourir. Une chambre, magnifique mais saccagée, aussi froide que l'était le reste de ces lieux, bien que si sereins.

Alors c'est dont cela ...

Le destin avait un drôle de sens de l'humour.

Pourquoi moi ? Pourquoi ? Je la retrouverais, je le jure devant les étoiles d'Eden ! Devant ce paradis qui m'a accueilli pour la rejeter elle ... C'est ma faute ... Je la ramènerai !

Et Eva se laissa tomber sur le sol, pleurant chaud de larme, en silence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enril Ivny
Spécialiste autoproclamé de la race escargologique
Spécialiste autoproclamé de la race escargologique
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 25
Localisation : De-ci, De-là, surtout où le vent le portera
Date d'inscription : 26/12/2007

Carnet de voyage
Age du perso: 36 ans
Profession: Aucune officielle
Statut: Formateus

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Mer 24 Déc - 20:48

A peine avait-il passé la porte de cette immense battisse qu'il était déjà persuadé qu'il ne retrouverait pas Paeca ici, en tout cas, pas celle qu'il avait connu... Peut-être son double aux allures inhumaines, peut-être une troisième encore complètement différente ou... Peut-être aucune.

Quand cette idée lui traversa l'esprit, il était déjà devant l'entrée de la demeure, et il avait déjà vue deux servantes faire les cents pas à la recherche de quelque chose... Quelqu'un ?
On vint s'excuser auprès de lui, sûrement une servante qu'il avait croisée lors de son dernier passage, il ne l'écoutait déjà plus qu'à moitié lorsqu'elle lui annonçât qu'Elle avait disparue... Il se mit à courir, courir comme jamais il n'avait couru, comme jamais il n'avait couru pour quelqu'un d'autre que son maître lorsque celui-ci mourut. Il traversait les pièces, les couloires, voulant arriver à la chambre de la demoiselle avant que... Avant qu'elle ne disparaisse ? Toute la vitesse du monde pouvait-elle seulement lui donner ce pouvoir, celui d'arriver avant que tout cela ne se produise ? Tout son savoir ne lui suffisait-il pas à savoir... Qu'il arriverait trop tard ?

"Paeca..."

Un murmure, lorsqu'il arrivât devant la porte de la chambre... Un espoir, lorsqu'il aperçut une silhouette accroupie, pleurant... Un choc, lorsque son cerveau se remit enfin en marche, et qu'il devinât que cette jeune femme... N'était pas Paeca. Car Paeca avait disparue. Car Paeca n'était plus ici... Car il était arrivé trop tard.
Les sentiments presque paternels qu'il éprouvait pour elle auraient dus le faire chuter à terre, en larme, implorant le ciel qu'on lui rende... Sa fille ? Son amante ? Son élève ?... Non, rien de tout cela ne jouait le moindre rôle, désormais, et ce Enril là, un Enril capable de réagir ainsi, avec si peu de discernement, de distance vis à vis de la réalité, ce Enril là n'existait plus depuis longtemps. Lorsqu'il eut comprit qu'elle n'était pas là, tous ses sentiments disparurent, l'amour envers elle, la colère envers lui-même, le désir de la retrouver... Tout ça... Disparut.

"Nos leçons attendront..."

Un dernier murmure aux tapisseries de la pièce, un murmure qui, cette fois, ne serait pas porté par le vent, mais resterait gravé dans la roche... Puis, le plus mécaniquement du monde, il s'approchât de la jeune femme en pleurs devant lui, s'accroupit à ses cotés et passât une main dans son dos... D'une telle manière qu'elle ne pouvait être surprise, ni craindre un tel geste, un geste qui avait jusque là été réservé à l'hôte de ces lieux, un geste sans sentiments, mais plus réconfortant que ne l'eurent jamais été les mots... Un geste qui se voulait paternel, bien qu'il ne connaisse rien de celle qui était arrivée avant lui...

"Cessez vos pleures, mademoiselle, le ciel ne vous la ramènera pas par pitié, mais par respect envers notre force... Levez-vous, s'il vous plait..."

Et il la prit par le bras, délicatement, sans lui adresser un seul regard, sans s'occuper d'elle plus que nécessaire... Si on l'avait regardé à cet instant, on aurait comprit que la douleur et la rage qu'il n'avait pas dans le coeur... Il l'avait dans les yeux. Il le savait, on ne fait pas disparaître ses sentiments, aussi inhumain que nous puissions être, ils sont toujours là... Seulement ils se déplacent, dans nos yeux... Ou dans nos poings... Le sage vous montre qu'il vous hait d'un simple regard, le fou d'un simple coup, l'homme d'un simple mot...
La voix d'Enril était posée, son poing était ferme mais en aucun cas violent avec la demoiselle, sa voix réconfortait quand sa main soutenait... Mais son regard, et il le savait, ne devait pour l'instant croiser nul autre que celui de Paeca, sans quoi toute la sagesse du monde ne suffirait à le retenir.

"Je te l'ai dis, Paeca... Tu ne seras pas la première que je devrais pleurer. Je te retrouverai moi-même s'il le faut, mais tu réapparaîtras, sois en certaine..."

Parler au vent, c'était fréquent chez le Formateus qui avait une relation particulière avec la nature, autant qu'avec l'homme... Pourtant, c'était si rare qu'il le fasse en présence de quelqu'un, d'autant plus d'une personne dans le "besoin"... Assez rare pour être souligné, pas assez pour qu'elle ne l'entende...
Une fois la demoiselle levée, il put enfin détourner les yeux du fond de la salle, et regarder la jeune femme le plus naturellement du monde, toute sa rage ayant disparue... Ou étant partie à la recherche de sa seconde protégée... Car, il ne faut pas l'oublier, Paeca est la seconde, et Luvna ne doit pas souffrir de l'attention qu'Enril porte à cette "deuxième"... Mais il y aurait un temps pour lui pour penser à ceci, et cet instant n'était pas propice à ce genre de réflexion...

"Si vous avez besoin d'un peu de temps, je comprendrais, mais, si vous le pouvez, dites moi ce que vous savez, nous désirons tous deux la retrouver..."

_________________
On voit en ton pouvoir le souffle du renouveau.
Sache que c'est de cet espoir que naitra ton fardeau.
Deux voies s'offrent aujourd'hui à toi, élu des divins.
Saches choisir la bonne, au bout de l'autre se trouve la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eva Doe
Timbrée de la guirlande !
Timbrée de la guirlande !
avatar

Nombre de messages : 87
Age : 27
Date d'inscription : 12/09/2008

Carnet de voyage
Age du perso: 19 ans
Profession: Apprentie de la vie
Statut: Elu

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Mer 24 Déc - 21:56

Tout semblait perdu.
Eva broyait du noir, elle repassait en boucle tous les souvenirs qu'elle avait en tête. Les aveux dissimulés d'Azarel, cette tuerie à laquelle elle avait assisté du haut d'un toit. Son ange, ces lieux étaient plein de son ange. Chaque fois qu'Eva effleurait un mur, elle sentait son odeur, elle sentait son aura si particulier. La jeune femme ignorait encore pourquoi, mais elle se sentait connectée à cette inconnue, à son ange, comme elle nommait Peaca. Petit à petit, des flashs embrumaient ses yeux et abandonnaient petit à petit son esprit à la merci d'un être plus noir que l'inoffensive petite Eva que l'on voyait en apparence. Ses larmes n'avaient plus la même consistance, elles étaient noires, emplies de haine et de ténèbres. L'élue du vent n'était pas encore affirmée en tant que telle, mais si ça avait été le cas, il aurait fallu craindre sa venue en ces lieux.


Qui-est-ce ?

Ce fut naturellement un trouble que causa sa venue.
Peut être Enril aurait du s'abstenir de venir en ces lieux. Sa course illustrait sa peine, son inquiétude, cet homme transpirait le remords et la colère. Eva n'était pas de meilleure humeur, elle et son autre, tous deux. Elle avait perdu pied pour lui laisser la place, car elle était plus forte dans ce genre de situation. Elle était la seule qui ait les épaules d'agir, celle qui dormait au fond d'Eva. Le visage de la jeune fille se noirci lui aussi et ses cheveux se foncèrent, atteignant presque le noir. Pour une blonde, le contraste était choquant. Mais lorsqu'il osa la toucher ! Sa peau se raidit, le choque se fit lentement plus intense. Chaque mot qu'Enril prononça, à chaque fois qu'il osait prononcer son nom, celui de son ange ... Ces mots sortis d'une bouche aussi impure que la sienne ! Eva sentait sa présence et la trouvait toujours aussi irritante, pourtant elle n'osait le regarder, elle n'osait se confronter à son regard car si elle osait, la haine qui se refléterait dans ses yeux à elle ne serait qu'un catalyseur pour libérer la rage qu'elle retenait, comme celle qu'il ne voulait exprimer.


Ne me touchez pas ...

Une force, un choque puissant qui aurait peut être pu tuer l'imprudent. Lorsqu'Eva releva les yeux sur Enril, il n'y avait d'obstacle capable de le retenir, de mur assez solide pour arrêter sa course dans le vent, aucun espoir qu'il se pose en douceur sur un sol clément. Eva, ou plutôt son double latent, avait expulsé le formatéus d'une force qui ne pouvait être que celle d'un élu. Des vents puissants s'engouffrèrent dans les couloirs de Mortalis, au loin dans le ciel, des nuages inquiétants se formèrent et des tourbillons apparaissaient parfois. La créature des vents s'avança curieusement vers Enril, qui avait sûrement souffert de cette répulsion agressive. Après tout, il aurait du mieux comprendre qui était cette jeune femme, avant de la prendre pour une simple pleurnicheuse.

Je suis désolée. Vous auriez du vous contenir. Tout ce que je sais, c'est que le grand dirigeant est impliqué dans cette histoire et d'ailleurs, il sera là d'une minute à l'autre. Je crois que mon ange s'est vengé d'une vieille querelle. Elentir n'est pas un homme qui aime se faire duper, il sera sûrement fou de rage. Il y a une drôle de créature qui tournait souvent autour de mon ange, une bestiole qui ternissait sa présence lorsqu'elle faisait des apparitions dans un lieu où je pouvais l'observer, elle qui est si belle. Vous savez peut être des choses vous aussi ? Dites moi tout.

Et le regard d'Eva se fit plus dur encore.
La jeune femme était remontée et ça c'était mauvais signe, pour qui que ce soit. Mais elle ne voulait pas de mal à Enril, seulement se faire respecter. C'est alors qu'elle se fit un instant plus hésitante, moins dure. Son regard s'illumina une fois, manifestant un trouble passager que n'importe qui aurait pu relever vu l'état dans lequel elle était. Mais Enril comprendrait-il quelque chose à tout ceci ? Il ne faisait nulle doute que quelqu'un de sa stature saurait tout déchiffrer ... Mais faire confiance ? Accepter de faire équipe avec un être aussi vile que la jolie blonde ? Ses yeux, son regard à cet instant précis, bien qu'entre le bleu et le gris, rappelait vaguement ceux d'une personne qu'Enril connaissait bien. Une personne qui avait disparue ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azarel Elentir
La petite fée de Noël (en Jarretelles)
La petite fée de Noël (en Jarretelles)
avatar

Nombre de messages : 171
Age : 26
Localisation : Tout près de vous. Faites attention.
Particularité : Sadique. Mais c'est pas tout.
Date d'inscription : 05/12/2007

Carnet de voyage
Age du perso: 38 ans
Profession: Grand Dirigeant
Statut: Partisan

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Jeu 25 Déc - 1:49

Le cheval aurait bien demandé un peu moins de galop et un peu de pas, malheureusement pour lui il ne pouvait pas parler et quand bien même il le pourrait ce n’est pas pour cela que le grand dirigeant l’aurait laissé faire comme il le souhaitait. Il était dans un tel état de nerf qu’il serait probablement descendu de cheval et l’aurait fouetter a mort. Pour le moment il était surtout en train de lui labourer les flancs sans modération, on pouvait clairement apercevoir les gouttes de sang qui commençaient a couler sur la robe blanchâtre. Azarel n’avait pas le temps de faire une pause, il n’avait le temps de rien a vrai dire. La situation lui échappait et il n’aimait pas ça. Il détestait tout ce qui le changeait de ces habitudes. Chasser les rebelles, trier les paperasses, plaire a son maitre, obéir aux ordres. Mais cette peste de Peaca avait chamboulé ses habitudes morbides et ces blagues de mauvais gout.
Elle voulait jouer avec lui ? Soit. Il allait bien s’amuser à la voir ramper.
Il arriva enfin au fief des Mortalis, pas un bruit ? Etrange…Et personne non plus ?
Ha si ! Une servante aux allures stressée sembla surgir de nulle part, Azarel l’attrapa par la manche et sans aucun effort la fit tournoyer pour finalement l’envoyer valser sur un mur.

J’aimerais savoir deux ou trois petites choses…et ne comptez pas sur moi pour être poli ou gentil avec ceux qui ne me répondront pas.

La jeune sotte bredouilla quelques phrases qu’Azarel comprit aussitôt. Ainsi donc elle avait disparue ? Avec un soupir il relâcha la femme, qui s’empressa de s’enfuir un peu plus loin, et continua sa route, arrivant enfin a la porte menant aux appartements qu’il ne connaissait que trop bien. Il stoppa un peu en retrait de deux silhouettes. Une homme, une femme…

Main dans la main, ils chantent leur amour sous les étoiles…

Mais bien sur…Tout allait de travers depuis ce soir et voila que maintenant il se mettait a chanter. Merveilleux.
De loin il entendit la fin d’une discussion…Finalement il s’avança, son grand sourire sournois aux lèvres, après tout, il était bien un serpent non ?

Oui oui oui oui oui. Dites nous tout cher…Enril, c’est ça ?

Azarel se souvenait vaguement d’avoir croisé cet homme le jour où…bah. Quel importance ? Son maitre était passé a l’acte.
Il se tourna vers Eva. Le regard rouge devint dès lors inquisiteur.

Tiens donc ? Vous êtes déjà là vous ? Par où diable êtes vous passée ?

Azarel reporta son attention sur Enril.

Vous devez savoir quelque d’intéressant non ? Ne dit on pas que les coupables reviennent toujours sur le lieu de leurs méfaits ?

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enril Ivny
Spécialiste autoproclamé de la race escargologique
Spécialiste autoproclamé de la race escargologique
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 25
Localisation : De-ci, De-là, surtout où le vent le portera
Date d'inscription : 26/12/2007

Carnet de voyage
Age du perso: 36 ans
Profession: Aucune officielle
Statut: Formateus

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Jeu 25 Déc - 13:36

Elle le repoussât, fit siffler le vent et tentât de percer Enril du regard, cependant, rien de tout cela ne l'atteignait, pas plus la force de la jeune femme que les vents qui semblaient converger vers elle. Peut-être trouverait-il cet amas de coïncidences étrange, mais... Plus tard. Pour l'heure, celle qui lui faisait face aurait bien pu le frapper qu'il serait resté inerte, sans ciller, sans même se rendre compte de ce qui lui était arrivé. Cependant, il écoutât ce que cette personne lui dit, il l'écoutât car elle avait prononcée l'un des deux seuls noms capables, en ce monde, de faire s'écraser l'esprit d'Enril sur la terre ferme, où qu'il eut été avant. L'un des deux seuls noms qui étaient bien trop entendu en ces lieux. Le nom du second du diable, qui l'avait accompagnée dans son ascension, et le suivra dans sa chute...

Oui, Elentir, c'est ceci qui lui fit fixer la jeune femme le temps qu'elle termine sa phrase, et c'est encore lui qui détournât le regard de cette dernière en apparaissant, tout simplement.

"Certes, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle vous êtes ici, n'est-ce pas, Grand Dirigeant ?... Pour en revenir à vos questions, oui, mon nom est Enril, mais ne lui prêter donc pas tant d'attention, je pourrais etre n'importe qui... Enfin, passât à cet instant dans son esprit l'équivalent d'un nuage, il s'apprêtait à révéler le peu qu'il savait, qu'elle avait changée il y a peu, mais il se ravisât, hors de question qu'Azarel soit celui qui la retrouve, ce serait désastreux, aussi étrange que cela puisse vous paraître, j'ignore tout, jusqu'à l'identité de celle qui lui tournait apparemment autours, on m'a sommé de m'écarter un temps du château, vous en savez de ce fait plus que moi, mademoiselle."

Il inclinât légèrement la tète vers celle-ci, qui ne semblait pas moins déterminée à retrouver Paeca. Les trois personnes ici présentes la désiraient, pour des raisons qui différaient du tout au tout, mais toutes voulaient qu'elle revienne, elle qui se disait seule n'était pas là pour voir cette inquiétude... Tout du moins chez Enril et la demoiselle, Azarel étant... Différent... Car certainement le seul à être arrivé devant cette porte sans avoir besoin de prendre le temps de réaliser ce qu'il s'y était passé...
Quand le regard du dirigeant et du formateus se croisèrent à nouveau, il ne faut nul doute que le premier aurait souhaité lire respect et crainte dans les yeux du second, comme il était coutume que ce soit avec ceux qui entrent en entretient avec 'Lui'. Cependant, le second du Diable n'est jamais que le second, et Enril, tant en temps que Formateus que d'homme instruit, ne pouvait se résoudre à accepter les codes de cette "élite" usurpatrice qui avait prit le pouvoir et bientôt le perdrait. Quel piètre formateus serait-il s'il se pliait à l'autorité qu'il a pour but d'éradiquer... Quel piètre professeur serait-il s'il devait disparaître de la vie de l'Elue de l'Ether à cause d'un mauvais comportement face à une telle autorité... Quitte à être mauvais pédagogue, il préférait ne pas plier, la fierté ayant une grande importance chez l'homme.

"... Dans tous les cas, Mademoiselle, si c'est du coté de notre cher gouvernement que vous vous trouvez, alors n'ayez crainte, cet homme qui semble si bien vous connaitre (*) retrouvera peut-être Paeca. Enfin, cela vaut certainement mieux pour sa place, la disparition d'un seigneur n'étant pas une bonne chose... Encore moins si c'est elle, n'est-ce pas ?"

Une phrase pourtant anodine qui venait de prouver qu'Enril n'était pas de ce coté de la barrière, qu'Elentir ne trouverait pas Paeca et qu'il savait que celle-ci était destinée à de plus hautes sphères que celles que cette province ne pourrait jamais lui offrir. Autrement dit, une phrase anodine jouant tellement avec le feu qu'il pourrait la regretter... Mais nulle importance, en ce moment, Enril ne se tient même pas "prêt" à contrer quelque attaque que ce soit, qu'elle soit physique, morale ou politique, il est tout simplement... Ailleurs. Le choc de la disparition de Paeca étant passé, il revoit désormais expliquant à Luvna qu'il sera celui qui s'occupera d'elle; il se revoit ici même demandant à Paeca de ne pas plier face à Elentir; il se voit observer la chute de l'empire, écrasé par les Elus... Il se voit observer la chute des Elus, écrasés par cet homme...
Son regard ne trahissant pas plus que son corps ces hésitations internes entre la "bonne" et la "mauvaise" façon d'agir dans cette situation, mais continuant d'osciller entre détermination et... Autre chose...




(* = gros bug d'écriture ayant remplacé "connaitre" par "peut-etre", toutes mes excuses)

_________________
On voit en ton pouvoir le souffle du renouveau.
Sache que c'est de cet espoir que naitra ton fardeau.
Deux voies s'offrent aujourd'hui à toi, élu des divins.
Saches choisir la bonne, au bout de l'autre se trouve la fin.


Dernière édition par Enril Ivny le Ven 26 Déc - 0:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eva Doe
Timbrée de la guirlande !
Timbrée de la guirlande !
avatar

Nombre de messages : 87
Age : 27
Date d'inscription : 12/09/2008

Carnet de voyage
Age du perso: 19 ans
Profession: Apprentie de la vie
Statut: Elu

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Ven 26 Déc - 0:27

Il est important d'avoir des convictions.
Il vient un jour où nous devons faire un choix, Enril. Ne faites pas l'erreur de me classer trop vite, sur un simple préjugé. Je vous aurais cru plus ... Tolérant. Mais puisque visiblement, je suis déjà cataloguée, pourquoi me fatiguerais-je à prouver quoi que ce soit ? Sieur Elentir, désirez vous que j'arrête le suspect pour qu'il soit soumis à une interrogation sur l'incident de ce soir ?


Eva aurait voulu se montrer clémente, coopérative envers Enril, mais il avait fait ce qu'elle redoutait. Le vieil Ermite l'avait classée, jugée, sans même lui laisser la peine de choisir elle même son camp. La jeune femme n'avait aucune pitié pour ce genre de gens et pourtant, l'élue de l'air se sentait obligée de lui venir en aide ... Au moins face à Azarel, homme qu'elle méprisait peut être tout autant que lui, même s'il semblait trop imbu de lui même pour considérer le grand dirigeant comme un ennemi digne de ce nom. Une grave erreur, une faute stratégique de la plus haute bêtise. Azarel était tout justement, au moins jusqu'à ce que Neiji en décide autrement. Le pouvoir sur ces terres était entre ses mains, en l'absence de présence du maître, du vrai. La jeune femme ignora comment, mais elle glissa un murmure dans le vent, quelques mots qu'Azarel ne pourrait entendre, des mots adressés à Enril.

Laissez moi une chance de lui venir en aide. Qu'importe le camp que nous avons choisi, nous voulons tous deux la ramener et ... Nous voulons tous deux nous débarrasser d'Azarel. Si vous refusez mon aide, j'irai la chercher sans vous.

Eva n'avait à cet instant qu'une seule envie, c'est de trouver un soutien, quelqu'un qui pourrait vraiment l'aider, qui croirait en elle et en sa bonne volonté de sauver son ange. Enril était trop obnubilé par Luvna et Peaca, il n'était pas en état de voir, une chose qui était pourtant évidente. Mais quel élu, en ayant fait le choix de servir Neiji méritait une quelconque considération de la part d'un fervent admirateur du bien ? Eva le savait, les temps étaient durs et personne ne pourrait la comprendre. L'air n'était plus qu'une ruine, une ruine en laquelle plus personne ne croyait. Eva avait eu un prof, un jour, il y a longtemps. Un homme qui est mort, en voulant faire d'elle ce pour quoi elle n'était pas prête, ce pour quoi elle pensait ne pas être faite. Mais elle commençait à l'accepter aujourd'hui. Bien que la solution de facilité soit toujours pour elle la plus confortable.

En fait, oubliez moi.
Je crois que les choses n'ont pas changées. Regardez vous, ô grand dirigeant, vous tremblez d'une rage que vous ne devriez même pas éprouver. Vous savez quelque chose au sujet de cette ange n'est-ce pas ? Mais vous ne direz rien. Pourquoi êtes vous à ce point perturbé ?


Eva savait qu'elle risquait gros en parlant de la sorte à son supérieur hiérarchique mais après tout, ne venait-il pas de faire preuve d'un manque de contrôle en agissant comme il l'avait fait ces dernières heures ? Eva n'était peut être pas la préférée de Neiji, mais elle savait qu'Azarel avait failli, elle pouvait sentir sa peur, la toucher du bout des doigts. Il ne lui ferait rien, car il avait peur qu'elle aille tout lui dire, et il avait raison ... Se repliant lentement, adressant un regard perplexe à Enril lorsqu'il parla de Peaca avec autant de mystère, la jeune femme se demanda finalement si elle avait vraiment sa place en ces lieux. Tout lui hurlait qu'elle avait un devoir à accomplir ici, mais elle savait aussi que son heure n'était pas venue de le découvrir. Cela dit, alors que l'élue de l'air avançait vers la sortie de ce couloir, une question lui échappa.

Si c'est elle ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azarel Elentir
La petite fée de Noël (en Jarretelles)
La petite fée de Noël (en Jarretelles)
avatar

Nombre de messages : 171
Age : 26
Localisation : Tout près de vous. Faites attention.
Particularité : Sadique. Mais c'est pas tout.
Date d'inscription : 05/12/2007

Carnet de voyage
Age du perso: 38 ans
Profession: Grand Dirigeant
Statut: Partisan

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Ven 2 Jan - 15:39

C’était déroutant, ces deux personnes le soutenaient du regard. Même plus ! Cet homme, ce Enril était vraiment inconscient ou quoi ? De toute évidence il ne le prenait pour un ennemi digne de ce nom ? Et si il avait bien une chose qu’Azarel détestait c’était qu’on ne le prenne pas au sérieux.

Si c’est elle ? HA !

Ce pourrait il que cet homme soit au courant ? Non impossible, pourtant ces allusions étaient a peine dissimulées. Quelqu’un qui affichait ses pensées un peu trop clairement ne pouvait être que deux choses, soit un homme sûr de sa supériorité soit un parfait abruti. Dans ce cas précis Azarel optait pour la deuxième solution.


Je vois que Sieur Enril a une vague idée de ce qu’elle peut représenter. Toutefois je ne suis pas inquiet pour la sécurité du seigneur Peaca, les individus qui l’ont enlevés n’iraient pas lui faire du mal, du moins je pense. Il faudrait vraiment être stupide pour oser faire ça, je veux parler du kidnapping bien sur.

Et je ne doute pas de l’intelligence du maître. Ni de ce que cette garce peut représenter à ses yeux...

La colère qui bouillonnait depuis un moment dans les entrailles du grand dirigeant commençait doucement a s’éteindre, laissant place au mélange de rage et de folie qui l’habitait depuis si longtemps. Eva émit la possibilité de faire arrêter Enril, il repoussa cette idée d’un hochement de tête.
Toutefois les dernières paroles de la jeune femme dessinèrent un sourire sur le visage d’Azarel.


Un ange ? Comme vous y aller ma chère. Quand à mes perturbations, vous étiez dans mon bureau il y a quelques instants non ? N’avez pas une idée ? Qui a votre avis a laissé ces squelettes et ces cadavres ?

Une lueur illumina le regard d’Azarel, le caveau des Elentir devait se sentir un peu...vide.
Mais ce n’était certes pas le moment de partir dans ses pensées. Il dévisagea Eva et Enril, un couple parfait.


Si j’étais vous Enril, je prierait surtout pour vous retrouviez Peaca avant moi. Mais c’est drôle j’ai comme la vague intuition que vous n’y serez dans l’obligation d’échouer.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enril Ivny
Spécialiste autoproclamé de la race escargologique
Spécialiste autoproclamé de la race escargologique
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 25
Localisation : De-ci, De-là, surtout où le vent le portera
Date d'inscription : 26/12/2007

Carnet de voyage
Age du perso: 36 ans
Profession: Aucune officielle
Statut: Formateus

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Ven 2 Jan - 19:44

Une erreur, un jugement trop hâtif, une classification de l'inconnue contre laquelle celle-ci se révoltait, peut-être à raison, peut-être non. Les mots de la demoiselle ne pouvaient toucher le Formateus, trop perdu à cet instant pour que son esprit ne puisse s'occuper de plusieurs taches à la fois, il était à cet instant obnubilé par une seule personne, une seule idée autre que celle de retrouver Paeca : faire cracher à ce serpent en face de lui tout les aveux de monde en lui montrant que tous ne se pliaient pas devant lui... Chose dénuée de sens et sûrement aux antipodes des réactions habituelles du sage, mais, de cela, il ne pouvait s'en rendre compte. Azarel pouvait en tout impunité éradiquer Enril, et mettre en péril par ce fait tout ce en quoi il croyait, il le pouvait, mais il ne le ferait peut-être pas, et c'est sur cette chance que tous les espoirs d'Enril reposaient, car c'est toute son existence qu'il s'en voudrait d'avoir trahit l'humanité toute entière en laissant passer ses sentiments avant son devoir envers elle...

"Nous avons tous des leçons à tirer des autres, Monseigneur, je vous apprendrai peut-être que vos intuitions... Peuvent n'être rien de plus que des espoirs éphémères. Je ne prierai pas pour que Je la retrouve, je me contenterai de le faire pour que ce ne soit pas vous, soyez-en certain... Et un murmure atteignant ses oreilles le tira de son état, lui permettant de reprendre un instant le dessus, en tournant un regard interrogateur vers la troisième personne, un peu trop oubliée, présente en ce lieu. Oui, nous avons beaucoup à apprendre, et nous verrons lesquels acquerront le plus de sagesse dans l'art de chuter, Sir Elentir."

D'un pas sur il se dirigeât alors vers la porte qu'Azarel protégeait par sa présence malsaine, n'adressant plus de regards qu'à la jeune femme qui se trouvait près de lui, tant par l'espace que par les réactions. Peut-être avait-il put redevenir lui-même, et se rappeler qu'à tenter le diable nul ne peut sortir glorieux, ou peut-être n'était-ce qu'un acte irréfléchi qui le poussait vers une sortie salvatrice, imaginant qu'un fois les portes passées, tout redeviendrait... Comme avant... Paeca, Azarel, Eva, Lui, ce monde tout entier. Dans tous les cas, tout pouvait désormais très vite changer... Et en aucun cas en bien.
Une fois à hauteur du Dirigeant et après avoir adressé un signe de tète léger à la jeune femme en guise de remerciement et d’acceptation de sa proposition, Enril ne put pourtant pas se tenir, et sa dernière phrase brisât cette ambiance froide et tendue, pour tenter d'en créer une bien plus électrique...

"Mais, à ce que je viens d'entendre, la Demoiselle Mortalis, héritière du trône de son défunt père, vous a déjà enseigné une bien importante chose : Il y n'y a jamais que deux personnes pour un seul corps, celle qui est meilleure que nous... Et celle qui est bien pire. Je ne pense pas qu'elle risque quoi que ce soit à être à nouveau retrouvée par vos soins car, quoi qu'elle vous ait fait, c'était la preuve qu'elle serait désormais pire diable que vous ne le serez jamais..."

_________________
On voit en ton pouvoir le souffle du renouveau.
Sache que c'est de cet espoir que naitra ton fardeau.
Deux voies s'offrent aujourd'hui à toi, élu des divins.
Saches choisir la bonne, au bout de l'autre se trouve la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eva Doe
Timbrée de la guirlande !
Timbrée de la guirlande !
avatar

Nombre de messages : 87
Age : 27
Date d'inscription : 12/09/2008

Carnet de voyage
Age du perso: 19 ans
Profession: Apprentie de la vie
Statut: Elu

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Ven 23 Jan - 12:04

Il n'y a aucun démon en elle, pas plus qu'il n'y en a un en vous, Enril Ivny.

Et Eva commença à voir les élements du décors tourner autour d'elle, se mélanger, un nouveau spasme nerveux était en train de la prendre et petit à petit ses jambes se figèrent plus qu'à l'habitude, ses mollets se raidirent anormalement et de plus en plus il sembla à Eva qu'un tremblement se faisait sentir. Le bout de ses doigts la démengea de nouveau et après tout elle n'était pas à un vol plané près.

Taisez vous. Azarel vous ignorez tout de cette créature. Elle ne peut être autre que l'ange que j'ai toujours connu et vous vous plaisez à la démolir pour cela. Vous n'avez pas de chance, si elle s'est contenté de disposer des cadavres dans votre bureau, il y en a une qui ne s'arrêterait pas là.

Bien sur Eva faisait très attention à modérer ses propos. Glisser des menaces, aussi finement dites qu'elles le pouvaient, à l'égard d'une personne comme ce serpent d'Elentir était tout, sauf une chose à faire. Et Eva s'étonna qu'Enril n'en tint pas compte. D'ailleurs la jeune femme ne manqua pas de lui adresser un regard inquiet. Tenir tête était peut être brave, mais c'était surtout stupide. Il fallait vraiment être un homme pour chercher immédiatement les rapports de forces ... Bien que, Azarel devait manquer en virilité à cet égard. Son truc à lui c'était plutôt les coups bas, selon Eva.

Bien sur ne prenez pas ces mots pour votre compte, je ne saurais me mettre en disgrâce par manque de respect.

Et les yeux de la petite blonde tombèrent sur le sol.

Je me demande surtout qui sera la prochaine ... Je dois vous empêcher de nuire Azarel ! Au moins parce que votre jugement vous aveugle en votre devoir envers Neiji ...

Et malgé le fait qu'il était évident qu'Azarel était dépassé par ses sentiments, Eva ressenti qu'il y avait une autre raison au fait qu'elle éprouve une crainte à l'égard de cet homme. Il était une menace pour tout le monde et il était pourtant si discret. C'était le genre de vers qui rampe vers le sud en attendant que ses chefs meurent de froid pour enfin prendre leur place. Eva se tourna alors vers Enril. Lui même était trop préoccupé par une cause qui l'aveuglait à foison. Défendre ses élèves ou retrouver Peaca, peut lui importait, c'était une toute autre marque de faiblesse. Non. Pour relever ce monde il faudrait une personne tiers, une personne qui n'a pas encore pris parti, qui soutien les deux ou les déteste ensemble. Quelqu'un ... Comme elle. Eva n'avait jamais été méchante par principe, c'était par souci de vivre en paix, d'être à l'aise. Et même si faire du mal lui plaisait beaucoup, il n'était pas exclu qu'elle apprécie aussi parfois aider les gens.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azarel Elentir
La petite fée de Noël (en Jarretelles)
La petite fée de Noël (en Jarretelles)
avatar

Nombre de messages : 171
Age : 26
Localisation : Tout près de vous. Faites attention.
Particularité : Sadique. Mais c'est pas tout.
Date d'inscription : 05/12/2007

Carnet de voyage
Age du perso: 38 ans
Profession: Grand Dirigeant
Statut: Partisan

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Dim 1 Fév - 14:21

Pire diable que je ne le suis ? Elle a encore de la marge avant de me rattraper...

Ce n’était certes pas une petite seigneur qui allait dicter la loi ! Mais pour le moment Azarel avait autre chose a penser, par exemple, si Peaca était bien avec son maître la retrouver serait chose facile, par contre si jamais elle avait parler de cette entrevue particulière...Neiji ne serait pas content du tout.

On pourrait même dire qu’il serait dans une colère noir, j’espère pour elle qu’elle aura eut l’intelligence de ne rien dire.

Bon, retour a Eva maintenant, toujours en pleine divagation sur son ange ?

Si cette fille est un ange moi je suis le bon samaritain.

Azarel eut un sourire qui en disait long sur ses intentions quand Eva prononça le mot démolir. Le fait qu’elle soit avec son maître allait grandement lui compliquer la tache pour faire cela mais il ne désespérer pas. Peu de ses jouets ressortaient indemnes avec lui, et qui plus est si ses jouets se montraient si revanchards.
Mais les menaces d’Eva n’avaient pas échappé à ses oreilles. Menaces voilées certes mais Azarel avait apprit au fil du temps a comprendre quand quelqu’un le menaçait directement.

Qu’elle essaye seulement...je ne serais pas triste de la voir disparaître.

Il ne perdrait qu’une gamine des rues. Une jolie gamine des rues certes.


Je n‘ai malheureusement pas le temps de continuer cette charmante discussion. Continuer donc a plaindre votre ange, miss Doe, moi je m’en vais la retrouver...et lui apprendre deux ou trois petites choses.

Il jeta un coup d’œil moqueur à Eva.

Mais sans user de la force, je ne suis pas très doué pour ça, et puis je ne souhaite pas que vous vous mettiez en colère sur moi.

Il allait tourner les talons quand quelque chose vint frapper son esprit de plein fouet. Il vit une salle en feu, une forme recroquevillée au centre, qui happait l’air comme un poisson hors de l’eau. Et une jeune fille blonde, dont il n’arrivait pas a discerné les traits, la chose tendit sa main vers elle, elle le repoussa et ferma la porte.

Ho. C’était quoi ça ?

Il secoua la tête afin de chasser cette pensée et repartit comme il était venu. Si comme il le pensait Neiji avait agit il allait devoir rentrer chez son maître le plus tôt possible. Ou bien, perspective peu réjouissante, allait voir Alma.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enril Ivny
Spécialiste autoproclamé de la race escargologique
Spécialiste autoproclamé de la race escargologique
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 25
Localisation : De-ci, De-là, surtout où le vent le portera
Date d'inscription : 26/12/2007

Carnet de voyage
Age du perso: 36 ans
Profession: Aucune officielle
Statut: Formateus

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Mar 3 Mar - 19:07

"Vous l'avez dit au début de cette conversation, mademoiselle, ne croyons pas connaitre en un regard celui qui se cache derrière le masque, murmurât Enril à l'encontre de la demoiselle qui semblait lui accorder une âme bien pur, n'avoir jamais vu émerger un quelconque Démon dans les entrailles de Paeca ne signifie pas que la rage n'eut pu en faire naître un."

Plus aucun des trois participants ne modéraient plus ses propos, de nombreuses barrières étaient tombées, au point qu'Enril lui-même commençait à s'y perdre dans ces révélations. Des anges, des cadavres, tout ce qui était dit entres ces murs s'inscrivait dans l'esprit du vieil ermite, qu'il le comprenne ou non, et ce comme il avait toujours été le cas. N'est pas encyclopédie vivante qui veut. Mais, à ce moment précis, l'homme ne le désirait pas forcément, car il ne prenait pas même la peine de s'insinuer dans certaines parties de la conversations qu'il jugeait trop obscures... Ce qui ne l'empêchait pourtant pas de reprendre une ou deux remarques du Grand Dirigeant, après tout, le mal était déjà fait, autant l'honorer.

"Oh, et nous savons tous comme vous pouvez être bon, Sir Elentir, ne parlez donc pas ainsi de ce que vous n'avez jamais connu, tel que moi, vous ne reconnaîtriez pas un ange s'il vous offrait un miracle. Enfin, je me dois de vous souhaiter... Bonne chance. Ou, plutôt, une certaine tenue me force à vous le souhaiter, sachez que le coeur n'y est pas."

Il s'était pourtant calmé, du moins, c'était à ce moment légèrement mieux que ça ne le fut. Même si les menaces se faisaient moins présentes, il n'irait pas jusqu'à tenter d'inspirer la sympathie à une telle personne. Mais, le sujet de départ s'estompait peu à peu, et, à part cet Azarel, personne ne semblait se soucier de comment La retrouver, tous parlaient, mais peu agissaient pour l'instant, il fallait au moins souligner ce fait : dans cette situation, il sera sûrement le plus efficace.
Que lui arrive-t-il, à ce pauvre Enril, lui qui ne s'était jamais attaché réellement qu'à deux personnes dans ce monde, la première étant morte, et la seconde étant celle qui avait le plus de chance de faire chuter le Seigneur Noir et ceux de sa lignée, ce Enril normalement si efficace dans les moments de crise ne valait ici pas mieux que les valets de la Seigneur qui couraient partout à la recherche d'un fantôme...

"Le vent... Va sûrement bien vite changer de direction... Je me dois de le suivre, ou, au moins de le sentir... Le vent..."

Heureusement pour lui, à la suites de ces quelques murmures, il s'en rendit enfin compte... La très légère brise qui courrait en ces murs était... Réconfortante. Que le vent puisse prendre possession d'une telle forteresse, n'était-ce pas la preuve qu'il faisait parti des sauveurs, ce vent que l'on ne pouvait contenir, ni arrêter. Le vent... C'est lui qui fit bouger Enril, lui qui, l'empêchant de faire attention à Azarel, lui permit de voir plus clairement Eva, et de retrouver son regard habituel, sans l'ombre d'un nuage. Et c'est d'un ton plus calme qu'il n'en eut jamais usé ici qu'il s'adressât à elle, voyant son 'adversaire du moment' se défiler pour retrouver sa 'princesse' disparue.

"Ne laissez plus jamais quelqu'un vous faire baisser les yeux s'il vous plait, mademoiselle. Maintenant, tout est joué, nous n'avons plus qu'à suivre le mouvement, j'accepterai donc volontiers votre aide, si cette proposition est toujours valable, mais, uniquement si vous me laissez m'occuper d'un léger indice qu'il me semble avoir négligé... Savez-vous, qui est Sarah River ?"

_________________
On voit en ton pouvoir le souffle du renouveau.
Sache que c'est de cet espoir que naitra ton fardeau.
Deux voies s'offrent aujourd'hui à toi, élu des divins.
Saches choisir la bonne, au bout de l'autre se trouve la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eva Doe
Timbrée de la guirlande !
Timbrée de la guirlande !
avatar

Nombre de messages : 87
Age : 27
Date d'inscription : 12/09/2008

Carnet de voyage
Age du perso: 19 ans
Profession: Apprentie de la vie
Statut: Elu

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Jeu 5 Mar - 21:57

Eva fronça les sourcils en entendant le prénom de Sarah.

-Vous vous fichez de moi ? Cette ... Cette dingue a essayé de me piéger ! Il est hors de question que je traite avec elle, c'est une folle notoire et puis c'est un invalide ! L'horreur qu'elle a dans le bide lui fait pousser les hormones et cette femme pète littéralement les plombs tous les quatre matins. Je sais pas si vous l'aviez remarqué, mais je déteste être mal accompagnée.

En effet, la rencontre avait été des plus spéciales.
Cela dit sans même s'en rendre compte, la jeune femme s'était retrouvée face à deux autres élus en l'espace de quelques minutes. Eva avait rencontré le feu et l'eau, les autres n'étant pas encore venu la rencontrer. Etait-elle finalement liée à leur destin sans pouvoir en réchapper ? A en croire la proposition d'Enril ce n'était plus la peine qu'elle espère fuir davantage ses responsabilité.


-J'accepte, j'accepte d'aller la voir, puisque j'imagine que c'est ce que vous voulez que je fasse. Mais c'est seulement à la condition qu'une fois que cette affaire sera réglée, je puisse repartir faire ma vie librement sans entendre parler de vous tous ! Plus jamais !

Et sur ces mots Eva plongea le regard dans celui du formateus. Son regard d'argent était aussi beau que les reflets de la lumière sur l'océan. C'était un regard curieusement envoûteur, comme on en voyait rarement. Peut être ne l'avait-il pas remarqué avant, lui, le voyageur, mais il était désormais évident à présent qu'Eva détenait elle aussi un charme particulier, le genre de charme qu'on ne pouvait rencontrer que chez les femmes qui étaient nées ici ...

-Tout ce qui m'intéresse désormais, c'est de me débarrasser de lui et de retrouver mon ange. Rien n'a plus d'importance à mes yeux. En dehors de retrouver ma vie tranquille d'auparavant bien sur. Vous savez, on m'a souvent ennuyée pour des histoires de "sauver le monde" ou "d'élus" ... Il y a eut un homme jadis qui disait être mon précepteur dans un domaine particulier dont je découvrirais un jour les bouts et les tournants. Il est mort. Il doit reposer quelque part au fond d'un fleuve. Il m'avait indisposée, il faut dire. Moi ce qui m'intéresse, c'est de vivre libre sans obstacles, et c'est pour cela que j'ai fait le choix de servir ce que vous pensez être le mal, au nom de ma liberté. J'ignore pourquoi je vous raconte cela, sans doute que vous me donnez le sentiment d'avoir confiance en vous, alors que je ne vous connais même pas. Mais j'y pense ? Qui étiez vous pour mon ange ?

Et à ces mots Eva se demanda ce qu'il pourrait bien répondre.
La jeune femme ne réalisait pas ce qu'elle venait de dire, ni à qui elle était en train de parler, tout ce qui lui importait c'était de faire comprendre à Enril qu'elle n'était pas là pour accomplir le bien, ni pour sauver qui que ce soit d'autre que son ange, tout ce qu'elle voulait c'était être tranquille de nouveau, dans le confort qu'elle avait si durement gagné. cela étant, elle avait à présent une vengeance à assouvir et c'était la raison qui la poussait à s'associer avec des gens de bonnes moeurs. Rien d'autre.


-Je ne baisse jamais les yeux, si je le fais, ce n'est que pour les relever plus violemment. Qu'importe l'obstacle, l'air jamais ne s'y emprisonne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enril Ivny
Spécialiste autoproclamé de la race escargologique
Spécialiste autoproclamé de la race escargologique
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 25
Localisation : De-ci, De-là, surtout où le vent le portera
Date d'inscription : 26/12/2007

Carnet de voyage
Age du perso: 36 ans
Profession: Aucune officielle
Statut: Formateus

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Dim 8 Mar - 14:13

"Nul besoin d'ainsi prendre mes propos, je ne désires rien que vous fassiez, votre vie est votre, personne ne peut en faire de plan. Si je désire aller voir cette femme, c'est parce que, la dernière Paeca -bien étrange au passage- que j'ai croisé, me parlait d'elle... Mème si ce n'est peut-etre pas digne d'interet, je veux le vérifier par moi-mème... Et, Mademoiselle, nul Elu n'existe, ce ne sont là que des histoires contées aux enfants et aux vieillards afin de les laisser vivre -ou mourrir- avec un brin d'espoir... Il y a certaines choses qu'il vaut mieux taire, parfois..."


L'homme était réellement redevenu le Formateus et Ermite aux envies de bien exacerbées qu'il avait toujours été. Il avait attendu patiemment la fin des dires de la jeune femme, avant de se demander si c'était lui, lui qui avait fait une erreure laissant comprendre à cette demoiselle qui il était... Dans tous les cas, telle erreure ne devrait jamais se répeter, ou Luvna pourrait en patir par sa faute.
Eva Doe était donc une élue. Une élue impétueuse, desirant plus que tout conserver "sa liberté" entre les griffes de Neiji, mais n'ayant pas pour autant perdu son envie de "faire le bien", comme elle le disait, sinon, elle n'aurait surement pas chercher à aider Enril, ni accepté de le suivre... L'élue du Vent, il n'y avait aucun doute... Le vent, c'est bien là le seul élement qui peut tourner en rond dans une pièce close tout en pensant avoir conservé sa liberté...
Enril s'approchat légèrement de la demoiselle, en se dirigeant vers la porte, et murmurat quelques mots à sa personne. Quelques mots qu'elle seule devait entendre, des mots dit avec passion et volonté, désirant attiser assez l'envie de la jeune femme "d'etre libre" afin d'assurer à Enril qu'elle le suivrait... Au moins quelques temps...

"Mademoiselle, je ne vois ni mal, ni bien, que ce soit dans vos choix ou dans les miens. Il y a seulement d'un coté ceux qui désirent garder leur liberté, en enchainant ceux qui n'ont pas le choix; et, de l'autre, ceux qui s'enchainent, et renoncent à leurs libertés afin de liberer tous les autres... Je ne vous juge pas, ce sont deux chemins différents, faites un bout de chemin avec nous, je vous montrerai la Liberté à laquelle je renonce, vous me montrerez celle qui vous dites avoir. S'il vous plait."

Sarah River, Paeca Mortalis, Luvna... Ici et maintenant, plus aucun de ces noms ne pourrait faire réagir Enril, et ce pour le reste du voyage qui le mènerait surement, lui et la jeune femme, à l'une de ces trois personnes... Si ce n'est aux trois. Mais ce n'était pas là un désir personnel, celui de prouver à la jeune femme qu'elle n'était pas libre, celui de briser ses "ailes" afin de la remettre dans le droit chemin... Non, jamais il ne forcerait un élu à suivre "la voie" qui est tracé pour lui, c'était à l'élu de décider de son avenir, de ses envies, de son chemin... Il voulait juste, par ce voyage, découvrir cette femme, Eva, la comprendre... Mais surtout, tenter de lui faire comprendre ce que son Formateus aurait voulu qu'elle voit dans le monde, en l'honneur de sa mort.
Et Enril avançat, sans réellement se retourner, mais esperant qu'on le suive. Surtout, esperant que le fait qu'il n'ait pas répondu à la dernière question de la demoiselle concernant Paeca suffirait à ce qu'Eva le suive... Et c'est sur une partie commune du chemin de leurs vies qu'Enril et Eva commencèrent avancer... Une partie qui pourrait se réveler bien plus courte que prévue si Eva décidait de ne pas le suivre...
Une chose était certaine, le Enril qu'Eva découvrirait là, en acceptant de le suivre, serait celui qu'il ne fut jamais que pour une personne, le Enril connu de Luvna, et celui que Paeca put entrevoir le temps d'un entretient après la mort de son père...

[Si cet avancement te convient, un dernier message de ta part décidant ton choix, et un nouveau topic pour parler en chemin vers Sarah -qu'il faudrait d'ailleurs que je trouve ^^'-]

_________________
On voit en ton pouvoir le souffle du renouveau.
Sache que c'est de cet espoir que naitra ton fardeau.
Deux voies s'offrent aujourd'hui à toi, élu des divins.
Saches choisir la bonne, au bout de l'autre se trouve la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eva Doe
Timbrée de la guirlande !
Timbrée de la guirlande !
avatar

Nombre de messages : 87
Age : 27
Date d'inscription : 12/09/2008

Carnet de voyage
Age du perso: 19 ans
Profession: Apprentie de la vie
Statut: Elu

MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   Dim 8 Mar - 17:31

Il n'y avait plus de logique.
Plus de mal, plus de bien, plus de prison ou de liberté, plus rien. Eva regarda autour d'elle, un peu perdue. Que dire de plus ? Pour une fois les voix dans sa tête ne raisonnaient pas, comme si le fait de se trouver là où elle était précisément faisait l'unanimité. La jeune femme ignora pourquoi, mais l'espace d'un instant, elle sentit que sa place n'était pas loin de là. Mais il n'était pas encore temps pour elle de découvrir en profondeur ce lieu qui lui était si familier.


-Attendez !

Et naturellement, la jeune femme se mit à courir vers Enril pour se placer à côté de lui. Il n'y avait peut être pas d'élu, pas de destin glorieux et stupide dans lequel on devait sauver tout le monde, mais ses pouvoirs eux étaient bien là. En effet, même si cela avait été dur à admettre, Eva devait maintenant cesser de se mentir quant à la nature de ses dons ... Quiconque ne faisait pas voler les objets à sa volonté ou quiconque non plus ne pouvait s'élever au dessus du sol ou se dématérialisé totalement au grès du vent ...

-Je ne sais pas ce que vous pourriez avoir à m'apporter, mais je sens qu'il y a quelque chose en vous. J'ai rencontré un vieux fou il y a peu, un homme un peu de votre trempe, j'ignore encore comme il s'y est pris, mais il a détourné une de mes attaques ... Je n'ai jamais vu ça. Si vous le voulez bien, j'aimerais tenter de le retrouver aussi. Je pense qu'il peut nous venir en aide pour sauver mon ange !

Et finalement la curiosité enfantine de la jeune élue, peut être même la plus jeune de tous, l'emporta sur son mépris des autres. Evy sentait qu'elle mettait le doigt sur quelque chose, sans comprendre de quoi il en retournerait plus tard ... Mais que lui importait ! Voilà qu'on s'intéressait à elle alors qu'elle avait été jusqu'alors invisible, c'était agréable, en fin de compte, plus qu'elle ne l'aurait cru. Et Enril était un habile orateur.

-Vous n'avez pas répondu à ma dernière question ...

Et au loin, sous l'éclat de la lune, ce soir plus pure que jamais, ils s'éloignèrent lentement de la seigneurie. Sans ignorer qu'il faudrait un seigneur pour la gouverner, aussi valait-il mieux retrouver Peaca au plus vite ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le prix des générations passées - La Chute -   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le prix des générations passées - La Chute -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Remise des Prix à la VBM
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kenen Kuro :: Les Terres de Fend : Kenen et Kuro. :: Les fiefs et seigneuries :: Demeure des Mortalis-
Sauter vers: